Acheter une première maison en cinq leçons

J’arrête un moment d’arracher les mauvaises herbes du jardin de ma nouvelle maison pour partager avec vous les leçons que j’ai tirées de mon expérience d’achat d’une première maison. Cet été, mon partenaire, Ryan, et moi avons acheté notre première maison. Très vite, je me suis rendu compte qu’il pouvait s’agir d’un vrai parcours du combattant pour beaucoup.

Aujourd’hui, je souhaite que mon expérience puisse aider ceux qui ont entrepris un processus similaire. Alors j’ai décidé de partager ci-dessous cinq leçons que j’ai tirées de mon propre parcours.

Courtier ou agent immobilier : votre meilleur atout

Je crois que le fait que nous ayons eu recours à un agent immobilier nous a avantagés par rapport aux autres acheteurs qui tentaient d’effectuer tout seuls la plus grosse transaction de leur vie. Mon agent immobilier avait à cœur le Code du secteur immobilier. Il maîtrisait l’actualité immobilière. Mais surtout, il savait quelles questions poser et quels écueils éviter.

Grâce à ses connaissances intimes du marché immobilier local, notre agent immobilier s’est avéré un guide accessible et constant. Il nous a fourni l’information indispensable (comparaisons de prix, tendances des quartiers) qui nous a aidés à prendre une décision avisée quant à notre achat.

Que ce soit en organisant rapidement une visite libre (notre marché était en pleine effervescence) ou en nous guidant pendant le processus d’offre (passé minuit!), son aide nous a été précieuse et franchement, je ne sais pas comment on aurait pu y arriver tout seuls.

REALTOR.ca : une source de recherche imbattable

En faisant mes recherches sur REALTOR.ca, j’avais la possibilité de filtrer les inscriptions selon mes critères personnels, de partager mes inscriptions favorites avec mes amis et ma famille pour avoir leur avis, et de me faire une idée du quartier grâce à des données détaillées sur le quartier et sur sa population – ce qui était une de nos priorités.

L’appli REALTOR.ca était facile à installer aussi. Elle me permettait d’accéder aux inscriptions et de communiquer à tout moment avec mon agent, au point que je l’utilisais même plus souvent que mon Facebook.

Profiter du Régime d’accession à la propriété

Avant de travailler à l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), je n’avais jamais entendu parler du Régime d’accession à la propriété (RAP). Le programme permet aux acheteurs d’une première maison de retirer jusqu’à 25 000 $ de leur régime enregistré d’épargne retraite (REER) en vue de l’achat d’une maison. Tant que le montant total est remboursé dans les 15 années qui suivent, celui-ci est exempt d’impôt et d’intérêts.

Je peux témoigner que ce programme peut offrir une bonne marge de manœuvre financière. Dans notre cas, cela nous a permis de donner un montant plus élevé pour notre mise de fonds (nous évitant de devoir souscrire une assurance prêt hypothécaire) et d’utiliser d’autres économies pour les gros articles de rénovation et les frais de clôture.

Je suis fière d’être membre de l’équipe interne de l’ACI chargée de faire des pressions en vue du relèvement de la limite de retrait du régime, pour protéger le pouvoir d’achat, et de l’élargissement du programme aux Canadiens qui ont vécu un bouleversement. Vu que j’ai bénéficié du programme, j’ai espoir qu’un plus grand nombre de Canadiens y aura accès.

Prévoir l’imprévisible

J’ai aussi appris qu’il est important de respecter son budget autant que possible et de bâtir un fonds d’urgence pour les imprévus de la vie comme ces petits travaux de réparation qui peuvent vite faire monter en flèche votre facture de rénovations.

Se concentrer sur l’essentiel

Pour finir, il faut vraiment comprendre que l’achat d’une maison peut s’avérer un exercice ardu et engendrer une série de projets sans fin. Une fois que j’ai accepté cette réalité, j’ai été en mesure de relaxer et de célébrer cette étape formidable de ma vie.

Vous cherchez d’autres ressources qui aideront vos clients dans leur processus d’achat d’une maison? Découvrez les nombreuses ressources que nous offrons, y compris la Feuille de route en vue de l’achat d’une maison.

Notre ancienne conseillère en politiques, Nicole Power, a travaillé de concert avec les chambres et associations en appui aux initiatives liées aux affaires fédérales en fournissant du soutien en matière de lobbying et de recherche et en gérant l’engagement envers le Comité d’action politique (CAP). Nicole a travaillé sur la Colline du Parlement et dans un milieu connexe, ayant précédemment été au service de la fonction publique et d’un organisme sans but lucratif de défense des intérêts. Dans son temps libre, Nicole aime suivre de nouveaux cours de conditionnement physique et essayer les restaurants les plus récents et les plus courus d’Ottawa.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.