Bilan de l’année : Les courtiers et agents immobiliers du Canada ont rallié leurs efforts pour venir en aide aux victimes des feux de forêt à Fort McMurray

L’année 2016 en fut toute une… certains diraient même surréaliste. Tout au long du mois de janvier, nous comptons vous faire part des points les plus marquants de l’année qui vient de s’écouler. Si vous désirez y ajouter du vôtre, n’hésitez pas à le faire dans l’espace réservé aux commentaires ci-dessous.

Jason Blair faisait le même trajet chaque jour pour rentrer chez lui après le travail, mais il ne se souvient pas de ce qu’il y avait au coin de son ancienne rue à Fort McMurray.

Le revêtement de la maison était-il noir ou marron? Y avait-il une clôture?

Il ne reste à sa place qu’un terrain vague pour rappeler les ravages que les feux de forêt du mois de mai ont causés dans cette prometteuse ville pétrolière que fut la sienne, des feux de forêts désormais reconnus comme la catastrophe la plus coûteuse de l’histoire du Canada.

« C’est étrange, inquiétant… », affirme M. Blair, agent immobilier chez Coldwell Banker, au téléphone, installé dans le confort rétabli de sa nouvelle adresse au centre-ville de Fort McMurray.

« Il est difficile de se souvenir de ce qui était là auparavant et puis, on s’aperçoit combien de personnes ont perdu leur foyer et combien de familles s’efforcent toujours de le reconstruire après la dévastation. »

Sept mois après des dommages qui s’élèvent à 3,58 milliards de dollars, les travaux de reconstruction se poursuivent dans cette ville du nord de l’Alberta. Les gens sont tenaces et résistants, et ceux qui ont choisi d’y retourner sont résolus à rétablir un climat de normalité.

—-

En mai dernier, la Fondation canadienne REALTORS Care® a demandé aux courtiers et agents immobiliers du pays tout entier de faire des dons en réponse à l’appel lancé par la Croix-Rouge canadienne pour les victimes des feux de forêt en Alberta. Au 31 décembre, les membres de la communauté immobilière avaient recueilli l’imposante somme de 739 800 $ pour venir en aide aux victimes des feux de forêt en leur procurant des aliments, des vêtements, des abris, des services personnels et autres nécessités d’urgence.

Olive Wooden, directrice de la Fort McMurray Real Estate Board, a dit que les fonds de la Croix-Rouge ont littéralement sauvé la vie de familles entières évacuées qui ont pu disposer de ces fonds sur‑le-champ.

« Cette distribution de fonds a été le premier geste que nous avons posé et elle nous a rassurés un tant soit peu sur le sort de ces familles alors que nous tentions tous de fuir pour sauver notre vie en empruntant la route 63 », ajoute-t-elle.

Les familles ont reçu un montant fixe par adulte et enfant pour aider à couvrir les nécessités de la vie quotidienne qui sont devenues rapidement des luxes dans le chaos causé par les feux de forêt. Des couches, de l’essence, des vêtements, des denrées alimentaires non périssables – grâce à la Croix-Rouge et au gouvernement de l’Alberta, les évacués avaient quelques soucis en moins. Il n’était pas rare qu’une famille de quatre personnes reçoive 4 000 $ sans qu’on leur pose trop de questions.

Mme Wooden explique que les gens qui n’avaient pas perdu leur maison se sentaient en quelque sorte coupables en voyant leurs amis et leurs êtres chers perdre la leur. La maison de sa fille était parmi les 2 600 qui ont été perdues.

« La ‘normalité’ tardera à revenir, mais nous commençons à voir des progrès, même si ce ne sont que de tout petits pas », dit-elle. Certains décident de se rétablir et achètent une autre maison. Il va y avoir des quartiers avec un mélange de vieilles maisons et de nouvelles constructions, ce qui veut dire que la valeur des propriétés va changer, mais les habitants de Fort McMurray sont résilients. Sept mois après, le rétablissement le plus important s’est produit sur le plan affectif. »

Mme Wooden affirme qu’elle doit retenir ses larmes quand elle songe à la manière dont de parfaits inconnus de la communauté immobilière canadienne sont venus en aide à cette ville du nord de l’Alberta.

Parmi les nombreux gestes qui ont signifié tout un monde pour les gens de Fort McMurray, elle mentionne les 2 300 $ versés par la fondation REALTORS Care® de l’Association immobilière de l’Ontario pour aider à organiser un programme d’apprentissage indépendant à l’école secondaire Holy Trinity.

« Cela me prouve que l’amour l’emporte sur la haine dans ce monde. Nous ne sommes pas au bout de nos peines, mais nous sommes optimistes. »

—–

Si certains, comme M. Blair, se sont remis sur pied, il sait qu’il en est beaucoup d’autres qui n’y ont pas réussi. La banque alimentaire n’a jamais eu autant de clients et l’économie locale n’est plus qu’une ombre de ce qu’elle était.

Les effets des feux de forêt, conjugués à la chute des prix du pétrole, se font sentir dans tous les coins de la ville.

« L’industrie des services a pris un coup. J’avais l’habitude de rencontrer mes clients au café à 14 heures, mais certains de ces cafés ne sont plus ouverts à cette heure-là », illustre M. Blair comme exemple de la baisse de la main-d’œuvre.

Blair, dont la fille n’avait que deux semaines et le fils deux ans au moment des feux de forêt, tient à faire savoir aux gens qui ont donné de leur temps, de l’argent, des vêtements ou toute autre chose, que la reconstruction est loin d’être finie et que les dons sont toujours appréciés.

« Continuez à donner. Certaines personnes viennent d’acheter une maison, mais elles n’avaient pas d’assurance. C’est ce genre de personnes qui ont le plus besoin d’aide. En tant que professionnels de l’immobilier, nous ne demandons qu’à aider ces gens, car nous les avons accompagnés dans l’acquisition d’un chez-soi depuis le début », ajoute-t-il.

Fort McMurray, voire toute la province de l’Alberta, sont toujours fiers de redonner. Mme Wooden affirme qu’elle a eu du mal à se retrouver du côté de celui qui reçoit, mais elle se sent extrêmement reconnaissante. Elle l’a ressenti quand sa fille a pu acheter de nouveaux vélos pour ses deux enfants.

« Nous avons fondamentalement utilisé l’argent pour remplacer des articles susceptibles de redonner de la stabilité à sa vie et à celle de ses enfants. Nous avions ainsi l’impression que nous nous en sortirions ». « …Et nous nous en sortirons! » précise-t-elle d’un ton résolument confiant.

Matt Day a été journaliste multimédia reconnu sur le plan national, et il apporte cette expérience à L’Association canadienne de l’immeuble, où il occupe le poste de conseiller en Communications. Matt offre du soutien professionnel en matière de rédaction, de médias numériques et de communications à l’ACI et participe à la création de contenu stimulant pour les médias sociaux. Au Café ACI, il écrit régulièrement des articles intéressants et divertissants pour les détenteurs du titre REALTOR®. Matt est photographe professionnel, mais il rêve de devenir une vedette du rock. Il s’adonne aussi au vélo de montagne, au ski et à la randonnée pédestre, et ne jure que par l’utilisation de la virgule de série.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.