Ce que la communauté immobilière peut faire pour prévenir et mettre fin à l’itinérance

Rédigé par Mary Johnson, vice-présidente et agente immobilière chez StreetCity Realty Inc., Brokerage.

À titre de courtiers et d’agents immobiliers, nous comprenons l’importance d’avoir un chez-soi et nous sommes fiers d’aider nos voisins à trouver un endroit où ils pourront s’épanouir pendant des années à venir. Nous croyons que chaque personne mérite un foyer sécuritaire et abordable. Et pourtant, ici au Canada, 30 000 personnes sont réduites à l’itinérance chaque soir.

Ce fut un honneur pour moi lorsque l’ACI m’a demandé de m’entretenir avec Michael Braithwaite, directeur général de Blue Door Shelters, au nom de tous les courtiers et agents immobiliers au pays, afin de pouvoir en apprendre davantage au sujet de cet important enjeu dans le cadre de la Semaine REALTORS Care®.

Lorsque j’ai rencontré Michael, son expertise et sa passion pour ce sujet m’ont impressionnée. C’est avec intérêt que je l’ai écouté m’expliquer qu’il n’y a pas qu’un seul visage à l’itinérance et que ce n’est pas seulement un « problème du centre-ville ». L’itinérance touche toutes les collectivités canadiennes, les grandes comme les petites. De plus, il est important de comprendre que l’itinérance peut être cachée et que ce n’est pas parce que nous ne voyons pas l’ampleur de cette crise dans nos collectivités qu’elle n’existe pas.

Bien que les statistiques canadiennes sur l’itinérance puissent être décourageantes, Michael et moi avons eu une conversation inspirante sur la façon dont le mouvement visant à prévenir et à mettre fin à l’itinérance prend de l’ampleur. Il y a des milliers de personnes extraordinaires qui font partie d’organismes sans but lucratif et des gouvernements, ainsi que des partenaires bénévoles, qui font un excellent travail dans les collectivités partout au pays. Il y a aussi des organisations, comme A Way Home Canada, le Canadian Observatory on Homelessness et Chez toit, qui encouragent ces groupes à partager les meilleures pratiques. Bien que tout cela soit prometteur, il est urgent de déployer encore plus d’efforts, car des dizaines de milliers de Canadiens n’ont toujours pas d’endroit sécuritaire où s’établir.

Michael et moi avons poursuivi notre conversation hors caméra au sujet du travail effectué pour soutenir les jeunes à risque. J’ai parlé de mon expérience auprès de Youth Opportunities Unlimited, un organisme de bienfaisance de London, en Ontario, qui me tient à cœur. Comme on pouvait s’y attendre, Michael connaissait déjà l’excellent travail accompli par ce merveilleux organisme et m’a expliqué que beaucoup de travail de prévention de l’itinérance commence avec les jeunes. Selon Michael, il y a une fenêtre de deux ans avant que les jeunes à risque entament un parcours où ils vivront des périodes d’itinérance; il est donc crucial que nous investissions des ressources pour soutenir les jeunes vulnérables et les mettre sur la bonne voie pour qu’ils atteignent leur potentiel.

Dans l’ensemble, ce que j’ai retiré de ma conversation avec Michael, c’est que nous, en tant que courtiers et agents immobiliers, pouvons faire toute une différence en aidant les Canadiens qui vivent dans l’itinérance et les organisations qui travaillent à prévenir l’itinérance en :

  1. Faisant preuve de gentillesse : c’est simple, mais cela peut contribuer à changer les choses dans le monde. Par exemple, établir un contact visuel et sourire sont des moyens faciles de faire preuve de respect et de donner aux autres un sentiment de dignité, quelle que soit leur situation sociale.
  2. Prêtant notre voix : en parlant plus ouvertement de la question de l’itinérance, nous pouvons contribuer à réduire sa stigmatisation. Nous pouvons aider à sensibiliser le public à sa prévalence et revendiquer des solutions auprès des influenceurs locaux et des représentants du gouvernement en tirant parti des réseaux de défense des intérêts de la communauté immobilière.
  3. Soutenir les organismes de bienfaisance dans nos collectivités : les ressources, le temps et l’argent sont tous précieux pour les organismes de bienfaisance qui travaillent à mettre fin à l’itinérance. Contactez un organisme de bienfaisance local près de chez vous pour savoir ce dont il a besoin et comment vous pouvez aider.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’itinérance au Canada, le Homeless Hub (homelesshub.ca) est une excellente ressource. Je vous recommande également de vous abonner à Out of the Blue, un nouveau balado hebdomadaire fascinant produit par Michael Braithwaite et l’équipe de Blue Door Shelters.

Mary Johnson est vice-présidente et agente immobilière chez StreetCity Realty Inc., Brokerage, une agence située à London, en Ontario. Elle est aussi fondatrice et présidente de Kindness Above Everything, une organisation caritative qui vise à améliorer la vie des familles démunies de sa collectivité grâce à un soutien financier. Mary a lancé sa carrière en immobilier alors qu’elle était propriétaire d’une société de gestion immobilière et a occupé le rôle de vice-présidente responsable de la location pour une importante société de promotion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *