Légère baisse des prêts hypothécaires à risque élevé d’insolvabilité

Le rêve de devenir propriétaire peut facilement se transformer en cauchemar lorsque la situation financière se détériore. Cela vaut particulièrement dans le contexte des propriétaires qui ont un prêt hypothécaire à proportion élevée. Une étude récente menée par notre société a démontré qu’un Canadien sur quatre est propriétaire d’une maison au moment où il demande la protection au titre de l’insolvabilité. La triste vérité est que la vaste majorité de ces propriétaires sont lourdement endettés par leur prêt hypothécaire et leur dette de cartes de crédit. En fait, avec un prêt hypothécaire de 197 137 $ en moyenne, leur maison représentait 90 % de leur dette au moment de leur insolvabilité. Par ailleurs, le propriétaire devait en moyenne 68 045 $ en raison d’autres dettes non garanties, y compris des prêts bancaires, des dettes de cartes de crédit, des prêts sur salaire et des taxes.

Cependant, il y a certaines bonnes nouvelles parmi ces chiffres depuis notre dernière étude menée il y a deux ans. Le taux de tous les propriétaires à se déclarer insolvables est passé de 29 % à 24 %. De plus, le ratio du prêt hypothécaire moyen est passé de 92 % à 90 %. Le pourcentage de propriétaires insolvables qui disposaient de moins de 10 % de la valeur nette de leur maison a fortement diminué en passant de 70 % de tous les propriétaires insolvables à seulement 59 %.

Il y a plusieurs raisons pour expliquer pourquoi les Canadiens gèrent mieux leur dette hypothécaire que ce que démontrait notre étude précédente :

  • Les consommateurs profitent peut-être des taux d’intérêt bas pour rembourser une partie de leur dette hypothécaire globale, ce qui réduit le risque de faillite dès le départ.
  • Les prix des maisons ont augmenté au cours des deux dernières années dans de nombreux marchés.
  • L’âge moyen du propriétaire dans notre étude s’élevait à 46 ans, comparativement à 44 ans il y a deux ans. De plus, il ou elle a eu plus de temps pour rembourser son prêt hypothécaire, ce qui, encore une fois, augmente la valeur nette de sa maison.

L’attrait et la sensibilisation accrue à l’égard des propositions de consommateurs comme solution de rechange à la faillite représentent un autre facteur plus significatif dans la baisse d’endettement en raison d’un prêt hypothécaire à proportion élevée chez les débiteurs insolvables. Dans notre étude, plus de trois propriétaires insolvables sur quatre ont choisi de déposer une proposition de consommateur plutôt que de déclarer faillite.

Une proposition de consommateur permet aux personnes profondément endettées d’avoir recours à la valeur nette de leur maison pour faire une proposition de remboursement à leurs créanciers. Une telle proposition est préférable à un prêt de consolidation fondé sur la valeur nette de la maison puisqu’elle réduit la dette globale non garantie plutôt que de transférer les dettes (telles que les dettes de cartes de crédit) d’une dette non garantie à un prêt garanti. Pour cette raison, les propriétaires dont la valeur nette de leur maison est plus élevée se tournent vers une proposition de consommateur comme moyen de rembourser une dette non garantie élevée. En fait, parmi les propriétaires insolvables qui disposaient d’une certaine valeur nette, 93 % ont déposé une proposition de consommateur.

Autres constatations ressorties de notre étude :

  • Les propriétaires insolvables étaient plus susceptibles d’être mariés (64 % par rapport à 40 % des débiteurs insolvables moyens) dont la famille moyenne s’élevait à 2,8 membres.
  • La dette attribuable aux cartes de crédit comptait pour 43 % de la dette globale non garantie, comparativement à 37 % chez le débiteur moyen.
  • Presque la moitié des propriétaires insolvables avaient une certaine valeur nette liée à leur maison.
  • La perte d’un emploi ou la baisse du revenu représente 43 % de la principale cause de leurs problèmes financiers.

Bien que cela représente quelques bonnes nouvelles pour les propriétaires, nous continuons de conseiller aux propriétaires dont la dette non garantie est considérable de profiter des taux d’intérêt bas et des valeurs immobilières élevées pour soit refinancer ou songer à une proposition de consommateur afin qu’ils puissent se trouver en meilleure position s’il advenait que les taux d’intérêt augmentent et que la valeur de l’immobilier baisse. Les gens qui font leur entrée sur le marché devraient évaluer attentivement à quel point leur prêt hypothécaire à proportion élevée sera abordable afin de s’assurer de ne pas trop accumuler de dettes de cartes de crédit en essayant de rester à flot, car c’est nettement l’effet combiné qui mène à l’insolvabilité.

 

Doug Hoyes est un syndic de faillite agréé et comptable professionnel agréé (CPA), et co-fondateur de Hoyes, Michalos & Associates. Doug compte une vaste expérience qui lui a permis d’aider des Canadiens à gérer leurs dettes. On l’a vu dans les médias et au Sénat canadien dans le cadre de questions touchant à l'insolvabilité personnelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.