L’engagement communautaire : du bien à tous les points de vue

Bien avant de devenir une professionnelle de l’immobilier, Julie Jenkins a reconnu l’importance de l’engagement communautaire. Résidente de longue date de Sarnia, en Ontario, elle s’est rarement aventurée au-delà de son cercle, jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle aurait tout à gagner à élargir son réseau, tant sur le plan personnel que professionnel.

« J’ai créé “Women in Networking” (Femmes en réseau), un groupe d’amies propriétaires d’entreprise qui dînent ensemble de temps à autre », explique-t-elle. Le groupe s’est agrandi grâce au bouche-à-oreille. Au fil du temps, d’autres événements se sont greffés aux activités mensuelles du groupe, comme des ateliers et des présentations en soirée permettant aux membres de mettre en valeur leur expérience dans différents domaines, des médias sociaux à la planification financière.

Pour étendre sa portée, Julie a créé un groupe de réseautage sur LinkedIn, qu’elle a ouvert à tous les professionnels des affaires de la région de Sarnia-Lambton. Alors que « Women in Networking » attire principalement des propriétaires d’entreprises communautaires, le réseau LinkedIn est devenu un point de rencontre pour des dirigeants communautaires, hommes et femmes.

Mme Jenkins, qui est devenue détentrice du titre REALTOR® en 2011, a lancé et entretenu sa carrière grâce aux liens qu’elle a tissés au sein de ses groupes de réseautage. « Quatre-vingt-dix-neuf pour cent de mes clients proviennent de ces réseaux professionnels ou de recommandations par leurs membres », affirme-t-elle.

En 2016, Julie a été en mesure d’acquérir la franchise EXIT Realty Twin Bridges, Brokerage. « Comme l’engagement communautaire a eu une bonne influence sur mes propres affaires, je tenais à ce que toute mon équipe en ressente aussi les bienfaits. »

Les détenteurs du titre REALTOR® occupent une place importante dans les collectivités où ils vivent et travaillent. « Nous avons participé au Grand McDonMD de McDonald’s, et nous commanditons le gala annuel de Rebound Sarnia-Lambton, un organisme qui vient en aide aux jeunes. La participation des membres de mon équipe renforce le moral des troupes, favorise l’esprit d’équipe et attire de nouveaux agents, car ils voient que notre agence est un endroit où il fait bon travailler. »

L’une des plus importantes causes pour Julie et son équipe est celle d’Habitat pour l’humanité.

« Lorsque l’on m’a approchée pour participer à un projet de construction pour l’organisme, certaines des raisons qui m’ont amenée à accepter étaient tout à fait égoïstes : je me disais que l’exposition m’aiderait à trouver plus de clients potentiels et à faire prospérer mes affaires. C’est en travaillant aux côtés de la famille partenaire que je me suis rendu compte que grâce à nos efforts, cette famille aurait un endroit sûr où vivre. Le but de l’exercice n’avait plus rien à voir avec ce qui était bon pour moi; c’était eux, l’important. Et il ne s’agissait plus d’ériger un simple édifice, mais bien de construire un foyer qui représenterait un nouveau départ pour eux. »

Mme Jenkins croit que l’engagement communautaire contribue grandement à la croissance d’une entreprise. Vous ne savez pas par où commencer? Voici ses conseils :

Choisissez judicieusement : On m’a demandé de faire partie de plusieurs conseils d’administration. Je veux dire oui à chaque fois parce que j’ai beaucoup de plaisir à faire ce genre de chose. Mais avec en plus une agence immobilière à gérer, j’ai failli brûler la chandelle par les deux bouts. J’ai donc appris à faire des choix stratégiques : lorsque je reçois une invitation, je prends en considération l’organisme dont il s’agit, la cause qu’il défend et le temps que je devrai y engager. Il y a aussi la question de ce que je vais en retirer. Je m’assure que la cause représente bien nos valeurs et qu’elle nous donne une certaine exposition.

  • Déterminez vos forces : Je me sens plus à l’aise de diriger des gens dans le cadre d’activités que d’assister à des réunions de conseil d’administration. Je n’hésite jamais à mettre la main à la pâte.
  • En ligne ou en personne : J’ai créé le groupe mixte sur LinkedIn, mais j’ai constaté que les membres ne s’en servaient pas efficacement. J’ai voulu apprendre à les connaître personnellement, alors nous nous rencontrons en personne une fois par mois, puis nous poursuivons le dialogue sur LinkedIn.
  • Appuyez les entreprises locales : Nous tenons nos rencontres de réseautage dans différents restaurants ou dans les commerces de nos membres.
  • Trouvez un besoin à combler : Il existait des groupes de réseautage et des groupes de femmes à London, mais pas dans notre collectivité; c’est ce qui nous a amenés à créer le nôtre. En 2015, mon groupe s’est fusionné à un autre, ce qui a mené à la création du Sarnia Modern Women Show, une foire commerciale d’un jour avec conférenciers, près d’une centaine d’exposants et bien plus.
  • Ne négligez pas la solution évidente : Joignez-vous à votre chambre de commerce locale et participez à ses événements. Le réseautage ne se résume pas à récolter des cartes professionnelles; c’est une occasion de tisser et d’entretenir des liens.
  • Mettez à profit les initiatives d’entreprise : Si votre franchiseur appuie une initiative caritative, vous pourriez peut-être participer à des programmes de dons jumelés pour des campagnes de financement, ou fournir du soutien au marketing ou au positionnement de la marque.
  • Portez votre marque : S’il est approprié de le faire, faites porter les couleurs de l’agence à votre équipe. J’ai toujours avec moi quelques épinglettes affichant notre logo, au cas où mes agents auraient oublié la leur.
  • Organisez des événements communautaires gratuits : Lors de notre 10e anniversaire, nous avons organisé une séance gratuite de « cinéma dans le parc » et avons invité toute la collectivité. Des commanditaires nous ont aidés à couvrir les coûts de l’événement, et des centaines de personnes y ont participé.
  • Promotion, promotion, promotion… et promotion! : La promotion est à la base de tout, qu’il s’agisse de solliciter des votes pour savoir ce que les cinéphiles veulent voir ou d’inviter les résidents à nettoyer un parc pour souligner le Jour de la Terre. Comme je n’ai pas la main pour prendre des photos et les afficher sur les médias sociaux, j’ai demandé l’aide de nos agents milléniaux.

« Le réseautage aide à établir de solides relations au sein de la collectivité et à faire connaître notre image de marque. Mais plus important encore, mon engagement communautaire m’a permis de constater que redonner à la collectivité est très valorisant. Il m’a permis de développer des compétences de leadership et de mieux travailler avec les autres. »

Toutefois, elle met en garde toute personne qui souhaite s’engager plus à fond dans la collectivité.

« Assurez-vous de bien doser vos activités. Il y a quelques années, je consacrais trop de temps aux activités communautaires et pas assez à mes activités immobilières. Même si le fait d’être un leader dans ma collectivité m’a permis de trouver la majorité de mes clients, j’ai dû me rappeler que je devais aussi me consacrer à mes affaires. »

Note de la rédaction : Cet article, paru à l’origine dans le blogue d’EXIT Realty, a été adapté, avec permission, pour publication sur notre site.

Célébrant cette année ses 30 ans dans le domaine de l’immobilier, Susan Harrison assure l’uniformité et l’exactitude du message d’entreprise d’EXIT Realty. Sa vaste expérience et ses connaissances approfondies font d’elle une ressource précieuse pour plusieurs des équipes qui travaillent au siège social d’EXIT Realty. Susan rédige le blogue d’entreprise d’EXIT, www.realestateindustryleaders.com.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.