Les Canadiens continuent d’investir dans l’immobilier aux États-Unis

Lorsque nous pensons aux Canadiens qui achètent des biens immobiliers aux États-Unis, nous pensons aux copropriétés en temps partagé sur le bord de la mer en Floride ou à proximité d’un terrain de golf en Arizona. Si nous nous penchons sur une étude récente menée par la National Association of REALTORS® (NAR), nous réalisons que derrière ces stéréotypes se cache un fond de vérité.

Toutefois, si nous examinons l’étude un peu plus profondément, nous remarquons de nombreuses tendances intéressantes en ce qui concerne les biens immobiliers que les Canadiens achètent aux États-Unis, tendances dont les courtiers et agents immobiliers de ce côté-ci de la frontière devraient être au courant. À titre d’exemple :

  • Entre mars 2013 et 2014, les Canadiens ont acheté aux États-Unis des propriétés dont la valeur est estimée à 13,8 milliards de dollars, ce qui représente environ 15 % des ventes internationales totales. Le Canada demeure la principale source de clients internationaux sur le plan du volume de transactions (19 % de toutes les transactions vers les États-Unis). Toutefois, la Chine représente le plus important volume de vente en dollars en raison du prix moyen supérieur des propriétés vendues aux acheteurs chinois.

  • 73 % des achats effectués par les acheteurs canadiens étaient des propriétés en Floride, en Arizona et en Californie.

  • Le prix médian des propriétés rapportées s’élevait à 212 500 $ et leur prix moyen atteignait 314 718 $.
  • 86 % des acheteurs canadiens ont effectué leur achat au comptant, tandis que 18 % ont eu recours au financement hypothécaire. Selon la NAR : « acheter une propriété aux États-Unis demeure abordable puisque les prix sont encore inférieurs au sommet atteint avant la grande récession (décembre 2007 à juin 2009). Le resserrement des normes de crédit aux États-Unis a également été favorable aux acheteurs payant comptant ou effectuant des paiements initiaux élevés lorsqu’ils présentent une offre d’achat ».
  • L’utilisation prévue de la propriété était principalement à des fins de vacances ou de location résidentielle en banlieue ou dans une région touristique, d’une durée de séjour inférieure à six mois.

  • Environ la moitié (53 %) des Canadiens ont acheté des maisons de type unifamiliales et 31 % ont acheté une maison de type copropriété ou appartement.
  • Selon l’information provenant de REALTOR.com, les cinq marchés urbains suscitant le plus grand intérêt dans les recherches des Canadiens étaient Las Vegas, Detroit, Los Angeles, Fort Lauderdale et Miami.

Donc, obtenez-vous la part qui vous revient de ces ventes transnationales?

La plus récente étude internationale de l’ACI a démontré un taux élevé d’achats au Canada, si bien que 31 % des membres ont travaillé avec au moins un acheteur international au cours des 12 derniers mois. En revanche, le grand nombre de Canadiens qui achètent des biens immobiliers aux États-Unis crée également une abondance de recommandations possibles pour les courtiers et agents immobiliers au Canada.

Des programmes de certification enseignent aux professionnels de l’immobilier comment intégrer des recommandations internationales à leurs activités commerciales, en plus de leur donner accès à un réseau composé d’autres courtiers ou agents qui cherchent à partager les commissions versées sur les recommandations. Le cours de certification Transnational Referral Certification (TRC), offert par le Consortium International des Associations Immobilières (ICREA), et le titre de Certified International Property Specialist (CIPS), offert par la NAR, sont deux excellentes options que vous trouverez en ligne.

Les ventes immobilières internationales présentent aux courtiers et agents immobiliers d’importantes possibilités d’augmenter et de diversifier leur revenu – il faut peut-être y travailler un peu, mais les possibilités sont là.

 

Patrick Pichette, vice-président, REALTOR.ca, est chargé d’assurer le développement et la croissance du site immobilier le plus populaire au Canada et d’autres services technologiques qui aident les détenteurs du titre REALTOR® canadiens et leur entreprise. À la tête des services Gestion des produits et de l’infotechnologie, il évalue régulièrement les nouvelles tendances en matière de technologie. Patrick siège aussi comme agent de liaison au comité sur la technologie. Avant de travailler à l’ACI, Patrick a occupé des postes de direction en marketing et en gestion de produits à Services aux médecins MD (une filiale de l’Association médicale canadienne) et à la Commission canadienne du tourisme. Lorsqu’il n’est pas au travail, on peut facilement trouver Patrick sur une patinoire ou un terrain de baseball à entraîner des équipes pratiquant ses sports favoris.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.