L’immobilier, une histoire de famille

L’immobilier peut revêtir un aspect personnel et familial. Dans ce contexte, il semblerait tout naturel de croire que faire équipe avec des membres de la famille mènera à la réussite. Nous avons discuté de la chose avec quelques courtiers et agents membres qui ont mis cette hypothèse à l’épreuve.

Pauline et Jenn

Personne n’est surpris d’entendre qu’en deuxième année, Jennifer Aunger-Ritchie rêvait déjà de devenir agente immobilière.

« Jennifer fait partie de l’entreprise familiale depuis sa naissance », raconte sa mère et partenaire d’affaires. En fait, c’est depuis avant sa naissance puisque Pauline est entrée en travail au bureau alors qu’elle concluait une transaction.

Même si Jennifer a choisi de poursuivre une carrière en relations publiques, elle a toujours ressenti de l’attachement pour l’immobilier. C’est cet attachement qui l’a ramenée dans sa ville natale, Smiths Falls, en Ontario, en janvier 2010.

Pauline Aunger et Jennifer Aunger-Ritchie.

À quoi le duo attribue-t-il la réussite de sa relation?

« Je crois que l’un des aspects intéressants de notre relation est que nous partageons la même éthique de travail et la même philosophie d’entreprise », explique Pauline, ancienne présidente de l’ACI et propriétaire d’agence immobilière.

Pour Jennifer, c’est communiquer ouvertement qui est la clé de la réussite.

« Quand il le faut, nous nous disons les choses en face. Une fois que c’est fait, nous pouvons rapidement passer à autre chose. »

En fin de compte, elles s’entendent pour dire que c’est avant tout une question de confiance.

« Je n’aurais pas pu être présidente de l’ACI sans Jenn; c’est elle qui a veillé au grain en mon absence. Je ne me suis jamais sentie nerveuse à l’idée de ne pas être à la barre de mon entreprise. »

Les Fyfe

C’est l’équilibre travail-vie et la flexibilité qui ont amené Ralph Fyfe et sa conjointe, Wendy, à faire équipe.

« Je crois que le principal avantage de l’immobilier est qu’on a la possibilité de déterminer son salaire et d’établir son horaire », explique Ralph, qui a travaillé pour le compte de Century 21 Bachman & Association comme professionnel de l’immobilier pendant près de 40 ans.

Pour Wendy, c’est la possibilité de travailler et de passer du temps à la maison avec ses enfants qui l’a menée à l’immobilier. Toutes ces années plus tard, leurs enfants, Richard et Janice, constatent l’avantage de cette flexibilité avec leurs propres familles.

Richard, Ralph. Wendy et Janice Fyfe.

Même si faire équipe dans l’immobilier avec toute la famille n’a pas toujours été l’objectif de Richard et de Janice, Ralph est heureux que les choses aient changé, car cela a apporté une nouvelle dimension à l’entreprise.

« Ils se sont révélés utiles et ont apporté un certain enthousiasme à l’entreprise. Mes deux enfants sont beaucoup plus à l’aise avec la technologie que moi », explique Ralph, qui ajoute qu’ils ont aussi contribué à attirer une nouvelle clientèle.

Bien que Janice ait maintenant changé de carrière, les autres membres de Fyfe & Co. continuent de faire équipe.

« Richard et moi nous occupons de la plupart des présentations aux acheteurs et des présentations des inscriptions. Wendy, quant à elle, effectue une tonne de visites libres », indique Ralph.

En fin de compte, pour les Fyfe, faire partie d’une équipe sur laquelle on peut compter et que l’on peut pousser plus loin fait toute la différence.

« J’ai consacré beaucoup de temps au secteur structuré de l’immobilier au fil des ans… Je n’aurais pas pu y arriver sans le soutien de ma famille et le fait de savoir que mon entreprise était entre bonnes mains à la maison. »

Même si Wendy envisage aujourd’hui de prendre sa retraite, le duo père-fils a le regard tourné vers l’avenir.

« Au fur et à mesure que je me retire de l’immobilier, je pourrai orienter mes clients vers mon fils », affirme Ralph, qui ajoute que, compte tenu de l’évolution constante du monde de l’immobilier, le fait d’avoir accès à un mentor et à une personne de confiance est important pour la réussite de tous les nouveaux courtiers et agents immobiliers.

Amie et Ray

Amie Ferris n’aurait peut-être jamais rencontré son conjoint si elle n’avait pas travaillé dans l’immobilier.

Amie, qui a suivi les traces de sa mère et de son grand-père, dit qu’elle n’a pas choisi l’immobilier; elle est simplement née dans le domaine et y a grandi jusqu’à ce qu’elle devienne elle aussi une professionnelle de l’immobilier.

Bien que son conjoint, Ray, ait suivi un cheminement différent, chacun apporte des compétences uniques à l’entreprise.

Amie and Ray Ferris.
Amie et Ray Ferris.

« Nous nous complétons vraiment bien. J’aime travailler avec les acheteurs; il aime travailler avec les propriétaires-vendeurs. J’aime le marketing; il aime la prospection et la gestion de la clientèle. Il aime gérer les agents immobiliers et possède l’expérience pour le faire; j’aime gérer l’administration », explique Amie, qui a été administratrice de bureau avant d’obtenir son permis immobilier.

Pour ce qui est de travailler tout en étant mariés, Amie et Ray conviennent qu’il peut parfois être difficile de départager la vie professionnelle de la vie familiale.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le couple s’assure de prendre du temps pour s’éloigner de l’immobilier en faisant de la navigation de plaisance, en jouant au golf ou en allant au restaurant, même si la conversation continue de porter sur l’immobilier.

« Il faut faire preuve d’énormément de discipline et s’engager fermement à trouver un équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale », affirme Ray, qui ajoute que personne ne le connaît mieux qu’Amie. « Nous ne sommes pas en accord sur tout, mais nous acceptons nos différences d’opinions et avons fait de notre carrière ensemble une réussite. »

Cela dit, cette proximité fait en sorte que Ray et Amie sont au fait de tous les dossiers et qu’ils sont en mesure d’offrir aux clients les services de deux professionnels de l’immobilier pour le prix d’un.

« Nous sommes ‘le yin et le yang’ de l’immobilier : deux forces opposées qui se complètent, qui interagissent et qui s’entraînent l’une l’autre. À titre d’exemple, je suis lève-tôt, alors qu’Amie préfère travailler jusqu’à tard le soir. J’aime Twitter, alors qu’Amie adore Facebook », explique Ray, propriétaire de l’agence immobilière Erie’s Edge Real Estate Ltd.

Amie et Ray s’entendent pour dire que la confiance est ce qui leur permet de réussir dans les affaires en tant que couple.

« Il n’existe personne d’autre à qui je serais prête à confier mon entreprise. Il n’y a personne d’autre vers qui je me tournerais pour obtenir des conseils. Et il n’y a personne d’autre avec qui je serais prête à passer tout mon temps », affirme Amie.

À titre de directeur adjoint, Communications, Michael Shaw gère une équipe dynamique et talentueuse de communicateurs et de spécialistes des médias sociaux. Qu’il s’agisse du contenu produit par l’équipe de l’ACI ou de REALTOR.ca, Michael l’a vu et l’a approuvé. Pendant ses moments libres, lorsqu’il ne s’occupe pas de sa fille, Michael aime voyager, voir des spectacles de musique et se détendre sur le quai.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.