Réflexion sur le racisme anti-asiatique dans l’immobilier

Bien que décriée dans les médias depuis le début de la pandémie, la montée du racisme contre les personnes d’ascendance asiatique a engendré une tragédie horrible prouvant à quel point elle peut être dangereuse.

En mars 2021, huit personnes ont été tuées dans une fusillade de masse à Atlanta, signalant la croissance du racisme anti-asiatique aux États-Unis et au Canada.

Un récent rapport du service de police de Vancouver indique une augmentation de 717 % des crimes haineux anti-asiatiques entre 2019 et 2020.

Même scénario dans d’autres grandes villes du pays : des études montrent qu’il y a eu une augmentation significative des crimes haineux contre les Canadiens d’origine asiatique depuis le début de la pandémie.

Pour souligner le Mois du patrimoine asiatique, j’ai pensé inviter des courtiers et agents immobiliers d’origine est-asiatique à nous faire part de leur vécu avec le racisme, comme l’ont fait quatre de nos courageux membres de la communauté noire en juin dernier. Cependant, je me doutais que j’allais avoir de la difficulté à trouver quelqu’un de disposé à se confier, car discuter publiquement du racisme anti-asiatique a toujours été généralement découragé dans ma famille. C’est un sujet dont on ne parle tout simplement pas.

En discutant avec des amis et collègues asiatiques comme moi, j’ai confirmé que mon expérience n’était pas unique.

En 2018, un membre de l’ACI de la Colombie-Britannique a reçu une lettre de menaces anonyme blâmant les personnes asiatiques pour la crise du logement du Grand Vancouver. À l’époque, Tina Mak de Macdonald Realty, membre de l’ACI et présidente fondatrice de la section de Vancouver de l’Asian Real Estate Association of America, a parlé de la prévalence du racisme anti-asiatique à Vancouver à des journalistes.

Elle a eu la générosité de me donner son opinion sur les attitudes envers les Canadiens d’origine chinoise dans l’ouest du Canada.

« Les investisseurs chinois sont fréquemment blâmés pour la hausse des prix de l’immobilier, et, malheureusement, sous cette influence, les décideurs sont maintenant sur le point d’imposer une taxe fédérale aux propriétaires étrangers qui aura un impact disproportionné sur la communauté chinoise de la Colombie-Britannique », a-t-elle déclaré, faisant référence au lien potentiel entre la taxe sur la spéculation et l’inoccupation en Colombie-Britannique et les droits de mutation immobilière pour les acheteurs étrangers dans la région métropolitaine de Vancouver. « Il vaudrait mieux que les différents niveaux de gouvernement se concertent pour augmenter l’offre de logements et lutter contre le blanchiment d’argent… mais ce type de mesure ne permet pas de pointer un bouc émissaire du doigt. »

Concernant la réticence de la communauté chinoise à s’exprimer sur le sujet, Mme Mak pense que les attitudes changent et que la jeune génération va dans la bonne direction. « Nos aînés n’ont jamais voulu s’exprimer par peur de représailles, ou parce qu’ils croyaient que la confrontation ne serait pas productive. Cependant, les Canadiens d’origine chinoise de deuxième, troisième ou quatrième génération n’acceptent simplement pas le peu d’importance qu’on accorde à leurs revendications et ne tolèrent pas les abus. Ils parlent de leur souffrance et je suis très fière d’eux. »

Deux membres de l’ACI ont récemment été l’objet de propos anti-asiatiques après avoir inscrit une propriété de luxe de 12,8 M$ en Colombie-Britannique. Ils ont raconté leur expérience dans la presse locale.

Matt Zhang, qui est sino-canadien, a déclaré à Global News que lui et son associé Kevin Chen avaient remarqué des commentaires racistes en ligne après la publication d’un article concernant la propriété.

« C’est triste à dire, mais on y est habitués. En tant que jeunes hommes asiatiques dans l’immobilier, ça fait partie de notre vie. C’est juste triste que les sautent aux conclusions », a-t-il déclaré à la chaîne d’information.

Réactions politiques

La classe politique a aussi réagi à la tuerie de mars 2021. Jagmeet Singh, le chef du NPD, a présenté une motion qui a été adoptée à l’unanimité à la Chambre des communes, demandant aux députés de condamner la montée du racisme anti-asiatique et des attaques racistes partout en Amérique du Nord, et a exhorté le gouvernement à prendre de nouvelles mesures pour lutter contre les crimes haineux.

En outre, la ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international Mary Ng a raconté comment les événements l’ont affectée en tant que personne d’origine est-asiatique :

« Il y a quelques jours, une amie m’a envoyé un texto tellement décourageant qui disait : “Tu ne vas pas le croire, mais ma mère de 70 ans me demande où acheter du poivre de Cayenne à Vancouver”, parce qu’elle s’inquiétait pour sa sécurité. J’ai peur de ce qu’il pourrait arriver. Ça pourrait arriver à n’importe qui : nos amis, nos voisins, des travailleurs de première ligne, des médecins, des professionnels. Et peut-être même à moi », s’inquiète-t-elle dans une entrevue pour le magazine Maclean’s.

Sécurité des courtiers et agents immobiliers

Alors, qu’est-ce qu’on peut faire?

Premièrement, la sécurité physique des courtiers et agents immobiliers et de leurs clients de la communauté asiatique est primordiale. Nos homologues américains de la National Association of REALTORS® ont créé la page REALTORS® Safety Program Resources, qui présente les meilleures pratiques pour assurer votre sécurité. Nous vous encourageons à la consulter et à mettre en place les mesures proposées au besoin.

Aussi, au Café ACI :

Deuxièmement, les agences immobilières et les franchiseurs peuvent contribuer en s’assurant de mettre en place des politiques rigoureuses contre la discrimination, le sectarisme et la violence. Les simples communiqués d’appui à la communauté asiatique du Canada pèsent beaucoup moins dans la balance que les mesures concrètes, comme l’examen du plan stratégique de votre organisation dans une optique d’équité raciale et l’embauche d’un conseiller en diversité pour former les courtiers et agents immobiliers.

Enfin, nos courtiers et agents immobiliers asiatiques ne doivent pas laisser les incidents de racisme au travail passer sous le radar. Les problèmes auxquels ils sont confrontés ne seront jamais résolus de manière adéquate tant que l’ampleur du problème ne sera pas mise au jour. L’avenir nous réserve des discussions difficiles, mais essentielles pour progresser.

L’ACI appuie les courtiers et agents immobiliers d’origine asiatique et toute la communauté asiatique. Nous sommes soucieux de votre sécurité, ainsi que de celle de vos amis, proches et clients.

L’ACI s’engage à favoriser un environnement diversifié, équitable, inclusif et antiraciste pour tous ses employés, ses bénévoles et ses membres. Nous croyons que cet engagement continu en faveur de la diversité, de l’équité, de l’inclusion (DEI) et de la lutte contre le racisme est la bonne chose à faire. C’est aussi un ingrédient essentiel au succès à long terme et de la pérennité de notre association, et tous nos membres et la société en général en profiteront amplement. En savoir plus sur les engagements de l’ACI en matière de diversité, d’équité, d’inclusion et d’antiracisme.

Pascal Chan était le gestionnaire des relations gouvernementales à l’ACI. Il est né et a grandi dans la capitale nationale, et a travaillé dans plusieurs ministères fédéraux – sans surprise – avant de se lancer en politique comme lobbyiste-conseil. Il manie parfaitement les langues officielles et s’amuse parfois à étaler les quelques bribes de cantonais dont il se souvient encore. Lorsqu’il ne fréquente pas les cercles de l’élite politique d’Ottawa, Pascal sillonne le centre-ville à vélo ou encourage le Fury FC des gradins.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.