Revivre la scène politique des Journées du CAP de 2013 : Entrevue avec un nouveau représentant du CAP

Eh bien, les Journées du CAP de 2013 sont chose du passé. Chaque année, des centaines de courtiers et agents immobiliers de tous les coins du pays se réunissent à cette rencontre annuelle de défense des intérêts afin d’approfondir leurs connaissances auprès des experts politiques et de défendre les intérêts du secteur structuré de l’immobilier.

Lisa Cyr-Auld, agent immobilière

Pour vous aider à mettre les Journées du CAP en perspective, je me suis entretenue avec Lisa Cyr-Auld, une nouvelle représentante du CAP provenant de la Rideau St. Lawrence Board non loin d’Ottawa. Nous avons fait le bilan de la rencontre de cette année, en adoptant la perspective d’une nouvelle participante à l’événement.

Lisa est née et a grandi à Brockville et de fil en aiguille, de par sa vaste expérience dans les ventes, elle a poursuivi une carrière en immobilier. Pour reprendre ses paroles lorsque je me suis entretenue avec elle par un jeudi après-midi ensoleillé de mai : « J’avais habité dans presque tous les types de propriétés immobilières et je me suis mise à penser qu’une profession en immobilier répondrait peut-être à mes besoins. Comme j’avais déjà acquis de l’expérience dans les ventes, c’était donc un pas en avant pour moi. »

L’agente immobilière Lisa Cyr-Auld (à gauche), en entretien avec notre agente des relations gouvernementales, Anna Laurence (à droite), discute de son expérience aux Journées du CAP de 2013

Forte de son expérience dans la vente d’articles de mode, de mobilier de maison, d’appareils électroménagers, y compris son bref côtoiement de la vente automobile, Lisa a débuté sa carrière dans l’immobilier en 2009. Puis, en janvier 2013, elle s’est jointe au conseil d’administration de sa chambre immobilière locale. Je lui ai demandé ce qui l’a motivée à devenir représentante du CAP, un poste qui exige qu’elle soit les yeux, les oreilles et le visage de la chambre sur le plan des initiatives de défense des intérêts entreprises auprès du gouvernement fédéral. Selon elle, c’était tout à fait naturel. « Je crois fermement que les gens doivent s’impliquer dans leur collectivité. Si vous cherchez le changement, vous devez commencer par vous-même. J’ai toujours eu un brin de passion pour la politique; elle m’a toujours intéressée. Donc depuis que notre président élu m’a demandé des renseignements sur le CAP, je me suis dit qu’il serait peut-être intéressant de me joindre au CAP. »

Lisa décrit l’expérience de ses premières Journées du CAP à la fois comme palpitante, déconcertante et agréable. « Il se passe tellement de choses. C’était vraiment intéressant. » Lorsque je lui ai demandé ce qui lui a plu particulièrement, Lisa m’a répondu que c’était le groupe d’experts des médias. Des journalistes chevronnés de la Colline du Parlement – Chantal Hébert, Rob Russo et Don Martin – ont discuté de politique et répondu aux questions pendant une heure. « Je dirais que c’était le moment marquant. J’ai toujours vu Chantal Hébert comme la Christiane Amanpour du Canada. Elle m’a plu, tout le groupe d’experts des médias m’a plu. »

Notre groupe d’experts des médias aux Journées du CAP de 2013 (de gauche à droite) : Don Martin, l’animateur de Power Play au réseau CTV; Chantal Hébert, la chroniqueuse politique du Toronto Star; et Rob Russo, le chef du bureau de la Presse canadienne à Ottawa

Cependant, les Journées du CAP sont bien plus que le fait de voir des personnalités; c’est une occasion de se rendre à Ottawa pour apprendre et prendre le pouls de ce qui semble souvent un endroit isolé et éloigné du quotidien. Lorsque j’ai demandé à Lisa ce qui l’a intéressée le plus parmi tout ce qu’elle a appris, elle a mentionné plusieurs conversations politiques. Elle a fait remarquer, par exemple, comment les gens sont enthousiastes au sujet de la menace, réelle ou perçue, que présente Justin Trudeau, qui venait d’être élu chef du Parti libéral tout juste une semaine avant le CAP. « Il n’y avait aucun doute que la teneur de la conversation était politique », ajouta-t-elle.

Elle a également fait savoir qu’il y avait beaucoup à apprendre au sujet du lobbying. « Il faut beaucoup de patience et de persévérance; il faut que le message soit simple et qu’il soit répété aussi souvent que possible. Il faut tenir bon et revenir à la charge. Et vous savez, à mon avis c’est ce que fait l’ACI. Je crois qu’elle s’acquitte bien de cette tâche et qu’elle est efficace. »

Et quels sont ses plans pour l’an prochain? Lisa nous dit qu’elle y participera à nouveau. Voici le conseil qu’elle offre à ceux et celles qui songent à s’impliquer : « Je crois que nous devons tous y prendre part; une fois que vous avez participé à vos premières Journées du CAP, vous avez à peine le temps de vous remettre de toute l’exubérance. Donc, je crois qu’il faut y prendre part plus qu’une fois. »

Si, comme Lisa, vous vous intéressez aux efforts des Affaires fédérales de l’ACI, visitez notre nouvelle plateforme d’action politique interactive, le réseaud’actionimmobilier.ca afin d’en apprendre davantage sur nos initiatives de défense des intérêts et des manières dont vous pouvez y participer!

Notre ancienne gestionnaire des relations gouvernementales, Anna Laurence a appuyé les initiatives des affaires fédérales de l’ACI, assuré la liaison avec le comité des affaires fédérales et aidé les membres dans les grands enjeux de défense des intérêts. Avant de se joindre à l’ACI, Anna a été l’une des 10 jeunes professionnels sélectionnés à l’échelle du Canada en vue de travailler avec les députés du gouvernement et de l’opposition dans le cadre du prestigieux Programme de stages parlementaires. Elle demeure active en pratiquant l’escrime, l’équitation et le cyclisme, ainsi qu’en jouant au soccer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.