Saveurs de la semaine : le 1 mai 2015

Les Saveurs de la semaine sont votre source hebdomadaire de nouvelles et de reportages sur l’immobilier qui auraient pu vous échapper. Notre équipe des Saveurs de la semaine s’acharne à parcourir le Web, les groupes de nouvelles et les forums à la recherche de reportages obscurs, bizarres, intéressants et informatifs sur l’immobilier ou des sujets connexes. Si vous désirez en contribuer un, veuillez l’afficher à notre section réservée aux commentaires ou gazouiller sur le reportage en utilisant le mot-clic #Saveursdelasemaine. Faites-vous couler une bonne tasse de café frais, savourez ces reportages… et faites-en peut-être même part à vos amis et collègues. Bonne lecture!

Voici mes choix de la semaine :

Desjardins constate que l’accès à la propriété s’améliore au Québec.

Joannie Fontaine des Affaires considère le coût d’une vente de propriété sans garantie légale.

Les Affaires se rend compte qu’il n’y a pas que Netflix.

Le Journal de Montréal propose des trucs pour amasser sa mise de fonds.

Les conseils déco de la semaine : comment suivre les tendances (sans se ruiner); jongler avec les couleurs; voir clair dans une pièce sombre; camoufler les couleurs vives.

Wouhou! En immobilier, Paris est moins chère que Londres et New York.

Le Monde rapporte que les ventes immobilières aux enchères gagnent en popularité.

JDN estime que l’humain demeure au cœur des échanges immobiliers.

Le Nouvel Observateur discute d’un nouveau produit pour éduquer et informer les Français sur l’achat, l’investissement locatif ou la création d’une société civile immobilière.

Boursorama présente le portrait des propriétaires de biens immobiliers français.

D’après Slate, des agences immobilières chinoises embauchent des figurants blancs pour faire augmenter les prix.

Jonathan Baker, notre ancien rédacteur de discours, a contribué à la rédaction de discours, de publicités et de communiqués à l’intention de nos membres. Notre personnel savait que c’est à lui qu’il fallait s’adresser au 200, rue Catherine lorsqu’on avait besoin d’une pointe d’humour. Avant de se joindre à l’ACI, Jon a travaillé dans le domaine de la radio à Ottawa. Si vous rencontrez Jon, n’oubliez pas de lui demander de vous parler des nombreux musiciens célèbres qu’il a croisés au fil de ses 10 ans passés à faire du bénévolat pour un festival musical local.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.