Saveurs de la semaine : le 20 juin 2014

Les Saveurs de la semaine sont votre source hebdomadaire de nouvelles et de reportages sur l’immobilier qui auraient pu vous échapper. Notre équipe des Saveurs de la semaine s’acharne à parcourir le Web, les groupes de nouvelles et les forums à la recherche de reportages obscurs, bizarres, intéressants et informatifs sur l’immobilier ou des sujets connexes. Si vous désirez en contribuer un, veuillez l’afficher à notre section réservée aux commentaires ou gazouiller sur le reportage en utilisant le mot-clic #Saveursdelasemaine. Faites-vous couler une bonne tasse de café frais, savourez ces reportages… et faites-en peut-être même part à vos amis et collègues. Bonne lecture!

Voici mes choix de la semaine :

À Montréal, le futur de la rue Ste-Catherine fait jaser – voici les propos de François Cardinal de La Presse, ainsi que des répliques de l’architecte et designer urbain Etienne Coutu et de Félix Gravel du Conseil régional de l’environnement de Montréal.

À Québec, les résidents près de la Grande Allée en ont assez du vandalisme.

Entre Ottawa et Gatineau, Windmill Developments ne veut pas créer un deuxième centre-ville avec son projet situé sur les îles dans la rivière des Outaouais.

À Trois-Rivières, la fin de la saga Pyrrhotite s’approche – l’aide du gouvernement est réclamée, l’APCHQ pourrait ne pas recourir au 34 M$ et une pétition de 600 noms est déposée.

Le Monde souligne que le FMI est inquiet d’une surchauffe du marché immobilier.

Le Figaro discute du marché immobilier de luxe européen.

Diagnostic et Expertise cherche une réponse à une question de longue date : les acheteurs sont-ils superstitieux?

La Vie Immo révèle que l’immobilier français est l’un des plus chers d’Europe. Les clés du Midi, Direcgestion et Challenges en discutent davantage.

Boursier.com croit qu’il y a un parfum de krach immobilier en Chine.

 

Jonathan Baker, notre ancien rédacteur de discours, a contribué à la rédaction de discours, de publicités et de communiqués à l’intention de nos membres. Notre personnel savait que c’est à lui qu’il fallait s’adresser au 200, rue Catherine lorsqu’on avait besoin d’une pointe d’humour. Avant de se joindre à l’ACI, Jon a travaillé dans le domaine de la radio à Ottawa. Si vous rencontrez Jon, n’oubliez pas de lui demander de vous parler des nombreux musiciens célèbres qu’il a croisés au fil de ses 10 ans passés à faire du bénévolat pour un festival musical local.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.