Saveurs de la semaine : le 27 mars 2015

Les Saveurs de la semaine sont votre source hebdomadaire de nouvelles et de reportages sur l’immobilier qui auraient pu vous échapper. Notre équipe des Saveurs de la semaine s’acharne à parcourir le Web, les groupes de nouvelles et les forums à la recherche de reportages obscurs, bizarres, intéressants et informatifs sur l’immobilier ou des sujets connexes. Si vous désirez en contribuer un, veuillez l’afficher à notre section réservée aux commentaires ou gazouiller sur le reportage en utilisant le mot-clic #Saveursdelasemaine. Faites-vous couler une bonne tasse de café frais, savourez ces reportages… et faites-en peut-être même part à vos amis et collègues. Bonne lecture!

Voici mes choix de la semaine :

Maxime Bergeron de La Presse discute de l’attrait de la ville c. la banlieue.

Les idées déco de la semaine : tendances du printemps; nouveaux essentiels pour la terrasse; meubles côté cœur; nouvelle vie pour la mélamine et habitation d’avenir.

La rue où l’on retrouve les maisons les plus chères à Montréal? La place Belvédère.

D’après Le Droit, Gatineau s’intéresse aux poules de ville.

Dynamique entrepreneuriale présente les 5 sites Internet qui vont changer l’immobilier (de la France).

D’après un sondage de CSA/Groupe Pichet, quatre Français sur dix veulent acheter.

Boursorama estime que Paris est la ville où le pouvoir d’achat a le plus chuté. L’Observateur estime que la France est un marché immobilier contrasté.

À la suite d’une enquête qui a découvert que 42 % des agences immobilières françaises ne respectent pas leurs taux pour les honoraires, elles auront bientôt leur Commission de contrôle : les articles de Libération, du Monde, de Particulier à particulier et des Échos.

La Vie Immo rapporte que 1 acheteur sur 2 négocie, quel que soit le prix.

Découvrez l’incroyable « arbre à logements » en Italie.

Thailande.fr nous informe que le marché immobilier redémarre à Bangkok.

Jonathan Baker, notre ancien rédacteur de discours, a contribué à la rédaction de discours, de publicités et de communiqués à l’intention de nos membres. Notre personnel savait que c’est à lui qu’il fallait s’adresser au 200, rue Catherine lorsqu’on avait besoin d’une pointe d’humour. Avant de se joindre à l’ACI, Jon a travaillé dans le domaine de la radio à Ottawa. Si vous rencontrez Jon, n’oubliez pas de lui demander de vous parler des nombreux musiciens célèbres qu’il a croisés au fil de ses 10 ans passés à faire du bénévolat pour un festival musical local.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.