Trois administrateurs de l’ACI racontent leur cheminement des marchés locaux au conseil d’administration national

Ils investissent leur temps, car leur métier les passionne.

Ils parcourent le pays, écoutent, apprennent et assurent l’actualité du secteur immobilier canadien.

Ils sont au nombre de 16 et ils connaissent bien les formules pour conclure une vente.

Ils forment le conseil d’administration de l’ACI.

Bien que leurs parcours professionnels se croisent, chaque membre du conseil a une histoire unique à raconter. Nous avons récemment discuté avec trois membres afin d’en apprendre davantage sur leur cheminement dans l’immobilier.

Michael Barrett

Voici Michael Barrett, administrateur régional du Manitoba

À titre d’agent immobilier, quelle est votre transaction la plus mémorable? 

Bien que chaque transaction semble avoir ses particularités, et qu’il n’existe pas deux transactions identiques, une dont je me souviens très bien s’est produite il y a quelques années. C’était un samedi matin, et je travaillais au stand immobilier de notre entreprise, au centre commercial local. Un jeune couple s’est approché du stand.

En les voyant, je les ai accueillis, et ils m’ont immédiatement dit : « Bonjour, nous avons besoin d’une maison. »

J’ai répondu : « C’est fantastique! Nous avons des maisons! »

Nous avons discuté de leurs désirs et de leurs besoins, puis avons consulté les inscriptions afin de déterminer ce qui leur conviendrait le mieux. En fait, le couple déménageait à Brandon, au Manitoba, pour le travail, et ils avaient récemment vendu leur maison dans une région rurale. Nous avons ciblé les recherches et avons obtenu quatre résultats, puis j’ai pris les mesures nécessaires pour leur montrer les maisons l’après-midi même.

Lorsque j’en ai terminé avec la deuxième maison, le mari, Matt, a dit : « Nous aimons cette maison-là. »

J’ai répondu : « Oui, c’est une belle maison, dans un excellent quartier. »

Matt a dit alors : « Non, c’est cette maison que nous voulons acheter. »

« OK, allons voir rapidement les deux autres maisons où j’ai pris des rendez-vous pour une visite, et si vous préférez toujours celle-ci, nous discuterons pour préparer une offre », je leur ai dit.

Matt : « Non, nous ne voulons pas voir d’autres maisons, nous aimons celle-là et nous voulons l’acheter. »

Moi : « OK, allons au bureau et préparons une offre. »

À l’heure du souper, nous avions déjà conclu une entente pour la maison, et les clients rentraient chez eux, mission accomplie.

Depuis, ils ont vendu cette maison, et devinez qui a été leur agent. Eh oui, nous gardons contact.

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous joindre à la communauté des associations immobilières? 

Il y a quelques années, un collègue président de l’ancienne Brandon Estate Board (aujourd’hui appelée Brandon Area REALTORS® Association) m’a persuadé de me présenter à un poste d’administrateur du CA, pour remplacer la trésorière au comité de direction, car elle était en congé de maternité. Après avoir consulté mon épouse, j’ai décidé de poser ma candidature, puis on m’a élu. J’ai occupé plusieurs postes au comité de direction de notre chambre. J’ai également eu la chance de profiter d’une occasion similaire au sein de notre association provinciale, l’Association immobilière du Manitoba, où j’ai tenu plusieurs rôles au sein du comité de direction. Aujourd’hui, à la deuxième année de mon premier mandat au conseil d’administration de l’ACI, je me sens privilégié d’avoir eu l’occasion de m’impliquer au sein du secteur structuré de l’immobilier. Les gens que j’ai rencontrés et les amis que je me suis faits sont absolument incroyables.

Outre l’immobilier, qu’aimez-vous faire? 

Lorsque je ne fais pas de bénévolat ou de travail en immobilier, je passe la plus grande partie de mon temps libre avec ma famille. Mon épouse, Sonia, travaille à temps partiel et s’occupe de la maison lorsque je suis parti. Notre fils, Drew, a 18 ans et a récemment obtenu son diplôme d’études secondaires. Notre fille, Jill, a 16 ans. Elle entame sa 11e année.

Il peut être difficile de trouver du temps pour la famille, mais nous faisons tous des efforts pour y parvenir. Nous aimons passer du temps à notre chalet, nous promener en bateau et faire des tours en quad. En hiver, je joue au curling, et en été, je pratique le golf. Un voyage de pêche dans le Nord avec les enfants demeure toujours une activité mémorable. Drew et moi aimons aller à la chasse au cerf de Virginie, en compagnie de mon père et d’un groupe de personnes, de tous âges, qui chassent ensemble depuis des dizaines d’années. Le temps libre semble être une denrée rare de nos jours, mais j’aime aussi faire de la menuiserie et des rénovations, quand je peux me le permettre.

Kari McBride.

Voici Kari McBride, administratrice régionale de l’Atlantique

À titre d’agente immobilière, quelle est votre transaction la plus mémorable? 

Je ne crois pas réussir à en choisir seulement une. Chaque transaction est différente et unique à sa façon. C’est ce qui rend ce travail aussi formidable – les différents clients que j’ai la chance d’aider, les rebondissements, les victoires et, oui, même les péripéties. Un élément demeure toutefois constant : les liens que je crée et qui durent toute une vie. C’est ce dont je me souviens le plus.

Qu’est-ce qui vous a motivée à vous joindre à la communauté des associations immobilières? 

J’adore aider les gens. J’ai toujours œuvré dans les ventes, le service et le marketing, et au cœur de ces activités se trouvait mon désir de produire à tout coup des résultats impressionnants pour tous ceux qui m’entouraient. Dans l’immobilier, je pouvais envisager d’aider les gens de façon exceptionnelle et transformer une activité pragmatique et déterminante en une des meilleures expériences possible pour mes clients.

Outre l’immobilier, qu’aimez-vous faire? 

J’adore cuisiner. Pas les pâtisseries, mais la cuisine. Les pâtisseries, c’est bien trop salissant. Cuisiner pour créer des « surprises à la Kari », avec les ingrédients que je trouve dans le réfrigérateur, et recevoir mes amis et ma famille. Ce qui me rend heureuse, c’est de préparer des repas et d’embellir la table pour les soupers.

Costa.

Voici Costa Poulopoulos, vice-président

À titre d’agent immobilier et de dirigeant d’agence, quelle est votre transaction la plus mémorable?

Il y a plus de 20 ans, mon épouse et associée a répondu à un appel d’un client qui cherchait de l’aide pour louer un logement haut de gamme pour cadre supérieur, à London, en Ontario. L’homme s’est présenté comme un docteur, qui cherchait une demeure pour deux ans. Nous avons accepté de l’aider et lui avons dit que nous passerions le chercher à son hôtel le lendemain pour visiter quelques maisons.

Le lendemain, nous nous sommes rendus en voiture à son hôtel et avons vu un homme qui attendait à l’extérieur. Nous nous sommes approchés de lui et lui avons dit : « Bonjour Dr… » Malheureusement, mon épouse a de la difficulté à retenir les noms, et elle l’avait mal entendu la veille. L’homme s’est levé, a souri, et a répondu : « Oui ».

Ma femme m’a présenté en tant que son associé, et l’homme nous a suivis à notre voiture. Il y est entré, et nous avons commencé à nous éloigner de l’hôtel. La situation a rapidement changé lorsqu’il s’est retourné et a demandé : « Costa? C’est d’origine portugaise? »

À ce moment-là, mon épouse a réalisé que la voix de cet homme ne ressemblait pas du tout à celle de la personne avec laquelle elle avait discuté au téléphone. Nous avons fait demi-tour sur-le-champ et sommes revenus à l’hôtel. L’homme est rapidement sorti de l’auto et s’est dirigé vers un autre couple.

« Où avez-vous emmené mon oncle? », a demandé le couple.

Nous leur avons sitôt expliqué que nous étions des agents et que nous avions un rendez-vous avec un client qui restait à l’hôtel. À son tour, le couple nous a expliqué que leur oncle était un vétérinaire du Portugal et qu’il s’était rendu à London pour assister à un mariage dans la famille.

Après le départ du couple, nous sommes entrés dans l’hôtel et y avons trouvé notre véritable client. Finalement, nous lui avons déniché une excellente demeure. Vingt ans plus tard, il habite toujours à London et il est demeuré notre client.

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous joindre à la communauté des associations immobilières?   

En deux mots : mon père. J’ai grandi à Montréal, où mon père vendait de l’immobilier, et dès mon plus jeune âge, j’ai toujours eu un intérêt envers ce domaine. Dans mon album de finissants du secondaire, il est écrit que je veux devenir un expert de l’immobilier lorsque je serai grand.

Aujourd’hui, 31 ans plus tard, je ne pourrais pas être plus heureux. Je compte parmi un petit nombre de professionnels de l’immobilier pour qui ce domaine a été le premier choix de carrière. Après presque 10 ans de métier, j’ai appris de mes collègues qu’ils me voyaient comme un grand atout pour le secteur structuré de l’immobilier. J’ai commencé comme bénévole pour divers comités, groupes de travail et groupes consultatifs de la London-St. Thomas Association of REALTORS® (LSTAR), et j’ai fini par en devenir le président. En 2014, j’ai été président de l’Association immobilière de l’Ontario (OREA), et en 2007 et 2008, j’ai été administrateur de la région Ouest de l’OREA. Je figure également parmi les anciens présidents de la division de marketing de la LSTAR. Durant ces mandants, j’ai appris que plus on donne, plus on reçoit.

Outre l’immobilier, qu’aimez-vous faire?

En plus de l’immobilier, j’adore deux activités : voyager et cuisiner. Ma famille et moi tenons à explorer notre planète avant de mourir. Nous avons visité de nombreux endroits en Europe (Grèce, Italie, France et Pays-Bas), en Amérique du Nord et en Amérique du Sud (Brésil), et nous nous tournons maintenant vers l’Asie. Bien que toutes ces destinations nous impressionnent par leur beauté, nous cherchons toujours à découvrir de nouveaux lieux.

Lorsque je ne voyage pas avec ma famille, vous me trouverez très probablement dans la cuisine. Durant mon enfance, je regardais ma grand-mère et ma mère cuisiner, et j’ai réalisé que cette activité était notre thérapie. Pour moi, cuisiner c’est amusant. Cette activité permet de tisser des liens et de rassembler les amis et la famille. J’adore recevoir; chaque Noël, nous invitons au moins 20 à 30 personnes chez nous.

Découvrez les autres membres du conseil d’administration et les façons dont vous pouvez contribuer à l’avenir de l’immobilier au Canada.

À titre de directeur adjoint, Communications, Michael Shaw gère une équipe dynamique et talentueuse de communicateurs et de spécialistes des médias sociaux. Qu’il s’agisse du contenu produit par l’équipe de l’ACI ou de REALTOR.ca, Michael l’a vu et l’a approuvé. Pendant ses moments libres, lorsqu’il ne s’occupe pas de sa fille, Michael aime voyager, voir des spectacles de musique et se détendre sur le quai.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.