L’immobilier : pour une carrière flexible et enrichissante

Le monde du travail est en pleine évolution : mondialisation, mégadonnées, technologies, pénurie de talents, changements démographiques… Cette mouvance influence notre manière de travailler et nos choix de carrière.

En tant que professionnel de l’immobilier, vous avez la mainmise sur votre réussite. En vous laissant libre de vos horaires et de l’organisation de vos tâches, le secteur immobilier vous offre des conditions de travail souples ainsi que l’occasion de vous démarquer.

La souplesse : un avantage fort apprécié

En choisissant l’immobilier, Cherie Myre a fait rimer métier et flexibilité.

« Tout en étant agente immobilière, j’ai élevé mes deux fils sans jamais manquer un seul match de soccer, une soirée pizza ou des vacances en famille : un vrai bonheur! », explique-t-elle. « J’ai même pris une année sabbatique en famille au Moyen-Orient. J’ai raté quelques ventes, bien sûr, mais à mon retour, la plupart de mes clients m’attendaient. J’avais pris soin de garder le contact grâce à Facebook et à l’envoi de cartes postales et de petits messages personnalisés. »

Ralph Fyfe, courtier immobilier chez Century 21 Bachman & Associates depuis près de 40 ans, seconde :

« Je crois que le gros plus d’une carrière dans l’immobilier, c’est de déterminer soi-même son revenu et son emploi du temps. »

Pour être plus attractives, les agences et associations immobilières offrent, aujourd’hui plus que jamais, des conditions de travail souples et personnalisables comme :

  • le télétravail,
  • des horaires d’arrivée et de départ flexibles,
  • des congés payés,
  • des journées de bénévolat,
  • une tenue vestimentaire décontractée,
  • des espaces de travail à aire ouverte novateurs.

Les priorités pour l’avenir

Tout en reconnaissant qu’une carrière dans l’immobilier n’est pas faite pour tout le monde, Cherie Myre souligne le plaisir qu’elle ressent à chaque fois que ses clients trouvent leur maison :

« Récemment, ils se sont mis à m’envoyer des égoportraits tenant leurs clés et passant le pas de la porte pour la première fois. Le bonheur qu’on peut lire sur leur visage n’a pas de prix et fait chaud au cœur! »

Elle ajoute qu’un professionnel de l’immobilier doit décider très tôt du genre de courtier ou d’agent qu’il veut être et du type de clientèle avec laquelle il souhaite travailler :

« Il est impératif pour les courtiers et agents immobiliers de tisser des liens forts avec leurs clients et la collectivité dans laquelle ils travaillent. […] Les meilleurs clients sont ceux qui nous connaissent et nous font confiance. Ce sont ces clients qu’on peut fidéliser, en misant sur cette base de confiance. »

Aider ses clients « à trouver la maison de leurs rêves » est la motivation d’Amanda Lirusso, agente immobilière chez Red Brick Real Estate Brokerage Ltd. Pour elle, travailler dans l’immobilier, c’est permettre aux gens de s’installer dans une ville ou un village et de s’y épanouir selon leur mode de vie.

Quant à Ann et Tom Bosley, ils considèrent leurs agents immobiliers comme des membres de la famille. Bosley Real Estate Ltd, qui compte plus de 250 employés, les traite tous de la même façon.

« On connaît tous les agents de notre équipe, explique Ann Bosley. Ils sont invités à la maison et on essaie de leur offrir un milieu de travail agréable. » Elle précise que cela fait partie de leur culture d’entreprise depuis son lancement en 1928.

Roger Boutilier, PDG de la Nova Scotia Association of REALTORS® (NSAR), constate un renouveau du marché dans sa province. Le coût de la vie en Nouvelle-Écosse est l’un des plus bas du Canada et pourtant, la qualité de vie y est élevée. « Travailler dans le secteur de l’immobilier est plutôt sexy, on peut façonner son poste comme on l’entend », explique-t-il.

Dans une récente étude menée par Mercer Global Trends, qui demandait aux employés leurs priorités pour l’avenir, 61 % ont répondu la santé, 23 % la prospérité et 16 % la carrière.

Le bien-être : Les employés cherchent un lieu de travail à l’image de leurs valeurs personnelles, dans lequel ils peuvent tisser des liens avec leurs collègues. Bien que l’immobilier soit un secteur compétitif, « nous travaillons en équipe chez Red Brick, nous nous entraidons », note Amanda Lirusso. C’est cet esprit d’équipe et de coopération qui favorise le lien social et un bien-être général.

La prospérité : Les employés veulent s’enrichir, certes, mais en fonction leurs besoins, que ce soit en vue de leur retraite ou d’un congé sabbatique.

La carrière : Les employés veulent de la formation continue, autant pour mieux performer dans leurs fonctions actuelles que pour gravir les échelons. Ils restent impliqués s’ils ont la possibilité d’enrichir leurs connaissances, de développer leurs compétences et de les mettre à profit. Roger Boutilier a créé un fonds de perfectionnement permettant au personnel de se former et d’assister à des conférences. Il s’est engagé à offrir à tous ses agents des cours obligatoires axés sur les normes de la profession.

La gestion du rendement

Votre agence, chambre ou association prévoit changer son approche en matière de gestion du rendement? Voici quatre techniques à mettre en pratique :

  1. Alignez vos objectifs de rendement organisationnels, d’équipe et individuels. Discutez des objectifs organisationnels, des résultats clés et des objectifs individuels et voyez où ils se recoupent. Selon Roger Boutilier, les objectifs de rendement d’équipe et individuel doivent découler de la vision et des objectifs stratégiques de l’organisation. Chaque membre du personnel détermine ses objectifs en fonction des objectifs stratégiques. Un suivi est effectué tous les trimestres et un bilan complet en milieu d’année.
  2. Faites preuve de transparence quant à la rétribution du rendement. Les employés veulent savoir quelle sera la rémunération d’un travail bien fait.
  3. Misez sur la formation plutôt que sur la gestion du rendement. Le mot-clé ici est rétroaction : donnez-en et demandez-en. Quand elle a un problème à résoudre, Amanda Lirusso apprécie l’approche du courtier Randy Dickson : grâce à sa rétroaction constructive, elle est en mesure de trouver des solutions. Toujours selon Roger Boutilier, le dialogue est indispensable si l’on veut garder ses employés.
  4. Mettez davantage l’accent sur le développement des points forts. Développez les forces et le potentiel de vos employés au lieu de focaliser sur leurs faiblesses et leurs difficultés.

« Pour gagner la confiance de vos employés, vous devez joindre le geste à la parole et montrez l’exemple », conseille Roger Boutilier, quand on lui demande comment renforcer l’engagement dans une entreprise. Dans le processus d’embauche de la NSAR, le recruteur réalise la première entrevue, et l’ensemble des 15 employés participent à la seconde, le but étant de voir si le candidat ou la candidate s’intégrera bien à l’équipe. Créer une culture d’entreprise dans laquelle les employés partagent la même vision, les mêmes valeurs, ont un sentiment d’appartenance, se perfectionnent et s’épanouissent professionnellement est la clé d’une gestion réussie dans un monde en pleine évolution.

Qu’est-ce qui vous a incité à devenir un professionnel de l’immobilier? Quelles ont été vos motivations? N’hésitez pas à commenter ci-dessous.

Sandra Piccoli est chef de file dans le domaine des affaires et des ressources humaines possédant une vaste expérience et une clientèle diversifiée. Sa société d’experts-conseils, Sandra Piccoli and Associates, se spécialise en culture organisationnelle, en planification stratégique, en développement du leadership, en gestion des talents et dans les questions générales de ressources humaines. Mme Piccoli travaille avec plusieurs intervenants afin de développer et de mettre en œuvre des initiatives stratégiques axées sur les affaires qui se traduisent par un engagement des employés, l’efficience opérationnelle et la croissance des entreprises. Elle détient une maîtrise en études environnementales avec concentration en environnement organisationnel. Elle est aussi certifiée en coaching coactif et en voie d’obtenir le titre de gestionnaire des ressources humaines auprès de la Human Resources Professionals Association.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.