Maximiser la valeur de la représentation de la base

Il est malheureux que le processus de lobbying soit très souvent perçu comme une activité très complexe et coûteuse, entreprise dans les coulisses par des personnages douteux qui agissent pour le compte d’entreprises anonymes, contre l’ordre public. Il n’y a aucun doute que cela se produit, mais il reste à savoir si ces campagnes de relations gouvernementales sont plus efficaces que les initiatives populaires tenues dans la circonscription, qui s’appuient sur quelques directives simples.

Il faut d’abord garder à l’esprit le fait que les gouvernements, que ce soit sur le plan politique ou le plan bureaucratique, sont très bons quand il s’agit de traiter des dossiers pour lesquels ils ont un consensus établi sur ce qui est bien et ce qui ne l’est pas. Cela renforce le vieux dicton : « L’union fait la force ». Bien qu’on ait tendance à classer vos dossiers dans cette catégorie, le fait que vous vous retrouviez en désaccord avec la décision du gouvernement est une indication que la politique en litige tente de placer en équilibre des intérêts concurrents, et la prise de décisions politiques consiste essentiellement à se placer du bon côté de ces intérêts concurrents. Si un représentant élu agit d’une façon qui reçoit constamment l’appui de la majorité des gens, ce dernier devrait réussir à garder son emploi, dans la majorité des cas. Il est possible de perdre autant de temps et d’argent en tentant de prendre position sur une question que le décideur voit de façon nuancée que sur une question facile à trancher!

Il est donc essentiel de bien comprendre le jeu auquel vous jouez… une personne adepte au jeu de dames aura l’air très bête à un tournoi d’échecs. Un des points forts de la structure du Comité d’action politique (CAP) de l’ACI est attribuable au fait que des membres chevronnés élaborent des stratégies de communication qui placent vos demandes de manière à les aligner aux intérêts du décideur. En tant que représentant du CAP, votre rôle est de rencontrer vos représentants élus et de faire valoir la pertinence de la documentation en y ajoutant des intérêts locaux. Les politiciens ont recours à un système de triage pour traiter l’avalanche quotidien de bruits. Je peux vous garantir qu’en vous identifiant comme un électeur, vous serez placé à la tête de la file d’attente.

Pour ce qui est du processus, le modèle à suivre pour que la rencontre avec votre député soit efficace doit inclure :

  • Une brève présentation afin de communiquer au député qui vous êtes, qui vous représentez et où vous résidez dans le comté.
  • À supposer que vous ayez quelques questions à demander, présentez vos arguments afin de faire valoir la nécessité de se pencher sur la question. De bons documents d’information à l’appui sont d’une valeur inestimable.
  • La prochaine étape est de proposer une façon de procéder pour régler la question; faites ressortir les points saillants et les avantages de votre proposition (lire ici; emplois et activité économique), mentionnez les coûts à prévoir et précisez le mécanisme prévu pour effectuer le changement.

Pour que le lobbying soit efficace, ce n’est pas une question de mettre de l’argent dans des sacs en papier, mais plutôt de vous apporter un sac-repas, de vous retrousser les manches et d’aller à la rencontre de vos représentants!

Le Réseau d’action immobilier vous place dans une position d’initié pour vous tenir au courant de la législation fédérale – il vous permet de contribuer au programme des affaires fédérales de l’ACI et de dialoguer directement avec les députés lorsque le gouvernement présente des propositions qui ont des répercussions sur l’ensemble du secteur immobilier.

Élu à deux reprises député de la circonscription de Leeds-Grenville (Ontario) et ancien haut fonctionnaire au service de la direction politique et de l’appareil d’État, Joe Jordan met à profit ses connaissances et sa vaste expérience pour élaborer les stratégies de ses clients en relations gouvernementales. Joe détient une maîtrise en administration des affaires de l’Université Clarkson (New York). En 2006, il suit avec succès le Programme de perfectionnement des administrateurs de l’Institut des administrateurs de sociétés et de la Rotman School of Management (Toronto). De notre bureau d’Ottawa, Joe conseille les clients de GCH et écrit abondamment sur les enjeux et les stratégies en relations gouvernementales. Il enseigne à temps partiel à la Rotman School of Management.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.