Saveurs de la semaine : le 15 juillet 2016

Les Saveurs de la semaine sont votre source hebdomadaire de nouvelles et de reportages sur l’immobilier qui auraient pu vous échapper. Notre équipe des Saveurs de la semaine s’acharne à parcourir le Web, les groupes de nouvelles et les forums à la recherche de reportages obscurs, bizarres, intéressants et informatifs sur l’immobilier ou des sujets connexes. Si vous désirez en contribuer un, veuillez l’afficher à notre section réservée aux commentaires ou gazouiller sur le reportage en utilisant le mot-clic #Saveursdelasemaine. Faites-vous couler une bonne tasse de café frais, savourez ces reportages… et faites-en peut-être même part à vos amis et collègues. Bonne lecture!

Voici mes choix de la semaine :

Les conseils de la semaine : survivre à la chaleur extrême, les rues, squelette de la ville, condos et fonds de prévoyance, les plex et les chiffres, ruelle, oasis de fantaisie et l’histoire des ruelles montréalaises.

Maxime Bergeron de La Presse se demande si augmenter la mise de fonds à 10 % est une bonne idée.

Joanie Fontaine des Affaires discute du 175e anniversaire du Registre foncier.

Jérome Delgado du Devoir estime que la culture, c’est aussi l’architecture.

Nouvelle taxe pour les propriétaires – non seulement en Colombie-Britannique, mais aussi en France.

Le Figaro constate que Facebook peut être utile pour les professionnels de l’immobilier français.

Le comédien Jean Dujardin s’est offert un ancien hôtel comme demeure.

Challenges discute d’AccorHotels et ses projets immobiliers.

La Caisse de dépôt se demande que faire avec 2 milliards d’immobilier à Londres? L’immobilier allemand s’attend à tirer profit du Brexit. En Espagne, Madrid dit « non » à un projet immobilier de 6 milliards d’Euros.

Des résidents manifestent contre un projet immobilier à Belgrade.

Pour marquer la pose de la première pierre d’un futur quartier commercial de Pont-Rouge, les pelles mécaniques ont offert… un ballet.

 

Jonathan Baker, notre ancien rédacteur de discours, a contribué à la rédaction de discours, de publicités et de communiqués à l’intention de nos membres. Notre personnel savait que c’est à lui qu’il fallait s’adresser au 200, rue Catherine lorsqu’on avait besoin d’une pointe d’humour. Avant de se joindre à l’ACI, Jon a travaillé dans le domaine de la radio à Ottawa. Si vous rencontrez Jon, n’oubliez pas de lui demander de vous parler des nombreux musiciens célèbres qu’il a croisés au fil de ses 10 ans passés à faire du bénévolat pour un festival musical local.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.