Saveurs de la semaine : le 20 mai 2016

Les Saveurs de la semaine sont votre source hebdomadaire de nouvelles et de reportages sur l’immobilier qui auraient pu vous échapper. Notre équipe des Saveurs de la semaine s’acharne à parcourir le Web, les groupes de nouvelles et les forums à la recherche de reportages obscurs, bizarres, intéressants et informatifs sur l’immobilier ou des sujets connexes. Si vous désirez en contribuer un, veuillez l’afficher à notre section réservée aux commentaires ou gazouiller sur le reportage en utilisant le mot-clic #Saveursdelasemaine. Faites-vous couler une bonne tasse de café frais, savourez ces reportages… et faites-en peut-être même part à vos amis et collègues. Bonne lecture!

Voici mes choix de la semaine :

Les suggestions de la semaine : 10 notions d’assurance habitation à connaître, jardinier techno, le retour des variétés ancestrales au potager, 50 nuances de blanc et mini-maisons, tout n’est pas rose.

Voici deux articles de La Presse au sujet des hypothèques : négociez, ou comment épargner 20 000 $ et si négocier vous donne de l’urticaire. Stéphanie Grammond consacre un article sur l’Uber des notaires.

Les Affaires nous parle de vices cachés, vices sans fin, et Joanie Fontaine discute d’être contraint de revendre à perte.

Paris Match propose des recettes pour mieux vendre.

La Presse révèle que les Chinois investissent des milliards dans l’immobilier américain.

Le Figaro discute d’un projet immobilier qui menace le Grand Prix de Monaco.

Dynamique Mag demande peut-on encore entreprendre dans l’immobilier?

Le Monde souligne que le marché immobilier allemand est en plein rattrapage.

Vous cherchez de la chaleur? Aujourd’hui Maroc signale que les prix de l’immobilier sont encore moins chers à Casa et Rabat.

Si ça vous intéresse, la première maison dessinée par Philippe Starck est à vendre. Et à 25 ans, le PDG de Snapchat s’offre une deuxième villa de luxe.

Jonathan Baker, notre ancien rédacteur de discours, a contribué à la rédaction de discours, de publicités et de communiqués à l’intention de nos membres. Notre personnel savait que c’est à lui qu’il fallait s’adresser au 200, rue Catherine lorsqu’on avait besoin d’une pointe d’humour. Avant de se joindre à l’ACI, Jon a travaillé dans le domaine de la radio à Ottawa. Si vous rencontrez Jon, n’oubliez pas de lui demander de vous parler des nombreux musiciens célèbres qu’il a croisés au fil de ses 10 ans passés à faire du bénévolat pour un festival musical local.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.