Saveurs de la semaine : le 21 février 2014

Les Saveurs de la semaine sont votre source hebdomadaire de nouvelles et de reportages sur l’immobilier qui auraient pu vous échapper. Notre équipe des Saveurs de la semaine s’acharne à parcourir le Web, les groupes de nouvelles et les forums à la recherche de reportages obscurs, bizarres, intéressants et informatifs sur l’immobilier ou des sujets connexes. Si vous désirez en contribuer un, veuillez l’afficher à notre section réservée aux commentaires ou gazouiller sur le reportage en utilisant le mot-clic #Saveursdelasemaine. Faites-vous couler une bonne tasse de café frais, savourez ces reportages… et faites-en peut-être même part à vos amis et collègues. Bonne lecture!

Voici mes choix de la semaine :

Postes Canada annonce les premières villes qui seront touchées par la décision d’arrêter les livraisons de courrier à domicile.

Les difficultés des résidents en région de se trouver un médecin de famille – à Gatineau et en Mauricie.

Pour les Canadiens, la maison est leur principale source de revenu de retraite.

Protégez-vous considère les coûts d’acheter sans courtier.

L’Écho de Repentigny révèle que les municipalités courent après des millions en taxes impayées.

Atlantico présente les cinq erreurs les plus fréquentes quand on décide d’acheter un bien immobilier.

La Vie Immo découvre que l’étiquette énergétique influe sur les prix de l’immobilier.

Business Immo conclut que l’immobilier des entreprises est passé d’une fonction support à une fonction stratégique.

La Tribune publie un reportage sur les métamorphoses de la profession d’agent immobilier.

Le pouvoir d’achat immobilier des Français est en hausse.

Ouest-France nous informe qu’une Ardennaise a choisi de vendre sa maison par l’entremise d’une loterie – 10€ pour une chance de gagner une maison d’une valeur de 2 millions €.

 

Jonathan Baker, notre ancien rédacteur de discours, a contribué à la rédaction de discours, de publicités et de communiqués à l’intention de nos membres. Notre personnel savait que c’est à lui qu’il fallait s’adresser au 200, rue Catherine lorsqu’on avait besoin d’une pointe d’humour. Avant de se joindre à l’ACI, Jon a travaillé dans le domaine de la radio à Ottawa. Si vous rencontrez Jon, n’oubliez pas de lui demander de vous parler des nombreux musiciens célèbres qu’il a croisés au fil de ses 10 ans passés à faire du bénévolat pour un festival musical local.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.