Savoir reconnaître l’épuisement professionnel dans le secteur immobilier

Pensez-vous que l’épuisement professionnel pourrait vous guetter? En fait, il est difficile de répondre à cette question, car si vous adorez votre métier, vous ne fléchirez pas devant les tâches imprévues ou à l’idée de demeurer disponible en tout temps pour vos clients. Sachez toutefois que l’épuisement professionnel s’installe discrètement. Cette condition vous affaiblit peu à peu, jusqu’au jour où vous réalisez que vous en souffrez.

Susan Dunton est agente immobilière depuis 2002 et directrice de l’agence Royal LePage Performance Realty, Brokerage, à Ottawa. Nous lui avons demandé si l’épuisement professionnel dans son domaine pourrait l’atteindre, et elle a dit : « En résumé, oui! »

Susan a répondu en riant, mais elle nous a aussi parlé ouvertement de divers facteurs de stress qui peuvent, si on les ignore, mener à un épuisement professionnel. En fait, un aspect qui rend le milieu de l’immobilier aussi gratifiant est l’engagement des courtiers ou agents envers leur travail. Ils participent à des transactions qui changent la vie des gens. Aider des clients à trouver la propriété de leur rêve crée un climat chargé d’émotions.

Deux ans plus tôt, Susan, débordant d’énergie (elle est d’ailleurs ancienne membre de l’équipe canadienne de volleyball féminin), avait subi un double remplacement de genoux. Aujourd’hui, elle est ravie d’en discuter, mais à l’époque, elle tentait d’étouffer l’affaire. Elle la comparait parfois à une opération classifiée des services secrets. Mais pourquoi? Après tout, personne n’est à l’abri des problèmes de santé. Pour Susan, son visage est littéralement sa marque de commerce. Donc, paraître moins que surhumaine n’était pas une option. Il est tout simplement interdit de montrer de la faiblesse devant des clients ou des collègues. « Les agents deviennent alors moins disposés à dévoiler ce genre de détails personnels », mentionne-t-elle.

Signes possibles que l’épuisement professionnel s’aggrave :

  • fatigue;
  • irritabilité;
  • insomnie;
  • perte ou gain de poids;
  • consommation accrue de drogues ou d’alcool;
  • maux de tête;
  • maux de dos ou douleurs musculaires liés au stress;
  • changements dans l’hygiène personnelle;
  • épuisement émotionnel;
  • perte de satisfaction face aux aspects qui autrefois rendaient le travail épanouissant (par exemple, la joie de conclure une vente ou de trouver la maison de rêve pour une famille);
  • détachement de la clientèle, des collègues, de la famille et des amis;
  • dévouement aux préoccupations du travail au détriment des soins médicaux de base (par exemple, les rendez-vous chez le médecin ou le dentiste).

Susan a refusé de laisser même une importante intervention chirurgicale la ralentir. Était‑ce à cause de la pression de maintenir une image d’invulnérabilité? Était‑ce grâce à sa volonté de fer?

« Je n’ai pas touché mon téléphone pendant quatre jours! » dit-elle, comme si un arrêt de travail si long représentait la réussite de l’année. « Mais, j’avais mon iPad. Les béquilles ont vite suivi, et trois semaines plus tard, j’allais à un rendez-vous. »

Au début, les opérations (tant chirurgicales que secrètes) semblaient réussies. Mais, les médias sociaux ont tout changé, quand quelqu’un a publié un commentaire pour lui demander des nouvelles de son rétablissement. « Ma couverture était grillée », dit-elle, en riant encore. « On m’avait balancée sur Facebook! »

Malgré sa bonne humeur, elle reconnaît que le monde de l’immobilier cache une dure réalité : « les gens ne veulent pas vraiment savoir que nous sommes fatigués, épuisés, déprimés ou malades. »

La pression pour paraître invincible, toujours au sommet de sa forme, est exactement le type de facteur de stress qui peut mener un courtier ou agent immobilier à l’épuisement. Heureusement, Susan a suivi de nombreux conseils médicaux pour vaincre le stress lié au travail. Elle s’assure de dormir autant qu’il le faut, fait de l’exercice régulièrement, adopte une attitude positive et s’entoure de collègues qui la soutiennent lorsqu’elle en a besoin.

Tout repose sur la résilience 

Le docteur Ash Bender (bio en anglais) est psychiatre du travail et professeur adjoint à la faculté de médecine de l’Université de Toronto. Selon lui, les personnes qui ressentent un haut niveau de stress au travail sont environ deux fois plus susceptibles de développer un trouble dépressif majeur au cours de leur vie. Donc, pour éviter un épuisement professionnel, il faut absolument savoir faire preuve de résilience—et Susan semble maîtriser cette compétence.

« Être résilient ne veut pas dire être insensible aux blessures, aux facteurs de stress ou aux autres éléments difficiles », souligne‑t‑il. « Il s’agit plutôt de savoir s’adapter aux facteurs de stress et aux exigences de la vie, ou s’en remettre. »

Méthodes qui peuvent améliorer la résilience :

  • choisir un bon milieu de travail – les gens qui ont de la difficulté à maintenir une attitude positive y parviennent mieux lorsqu’ils travaillent avec des collègues qui réussissent à le faire;
  • faire de l’exercice physique;
  • aller régulièrement chez le médecin ou le dentiste;
  • voir un thérapeute;
  • se confier à un conjoint, un membre de la famille ou un collègue.

Pensez‑vous souffrir d’épuisement? Découvrez‑le au moyen de quelques tests en ligne que recommande Ann Morgan (bio en anglais), psychothérapeute autorisée de l’Ontario :

Check up from the Neck Up (site en anglais)

Voici une façon rapide de vérifier en ligne et en toute confidentialité votre santé mentale afin d’identifier les symptômes de troubles communs de l’humeur, puis d’obtenir de l’aide au besoin. Le site vous offre des informations détaillées au sujet des troubles de l’humeur et vous propose des ressources, que vous pouvez utiliser ou partager avec votre entourage.

MoodGYM (site en anglais)
MoodGym est un programme Web interactif qui enseigne les principes de thérapie cognitivo‑comportementale. Ce traitement, fondé sur des résultats cliniques, permet de soigner la dépression et l’anxiété, et démontre la relation entre les pensées et les émotions. Il offre ce qui suit : cinq modules; un jeu interactif; des évaluations de l’anxiété et de la dépression; des enregistrements audios pour la détente téléchargeables; un cahier d’exercices; et une section d’évaluation et de rétroaction.

Kelty’s Key (site en anglais)

Il s’agit d’un service en ligne, gratuit et confidentiel de thérapie cognitivo-comportementale. Vous y trouverez le soutien nécessaire pour améliorer votre santé mentale.

L’équipe du Café ACI est responsable du blogue officiel de L’Association canadienne de l’immeuble (ACI). Le blogue est un endroit chaleureux où l’ACI peut communiquer amicalement avec ses membres et lecteurs en leur faisant part de ses idées et perspectives tout en prenant une tasse de café virtuelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.