Tout savoir sur la vague des minimaisons

<div id="fb-root"></div> <script async defer crossorigin="anonymous" src="https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&version=v8.0&appId=321786092155799&autoLogAppEvents=1" nonce="IdPApnQI"></script>  
<div id="fb-root"></div> <script async defer crossorigin="anonymous" src="https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&version=v8.0&appId=321786092155799&autoLogAppEvents=1" nonce="u4usSvor"></script>

Avez-vous de la difficulté à trouver du contenu à partager dans les médias sociaux?

Laissez tomber Instagram et Facebook. Vous n’avez besoin que de REALTOR.ca.

Notre blogue axé sur le style de vie des consommateurs, le Salon, vous offre du contenu sur des sujets comme les rénovations, les tendances du marché, le bricolage, les guides des quartiers et les maisons originales. Du nouveau contenu passionnant est publié au Salon quatre fois par semaine (et du contenu unique en français est publié pour les passionnés francophones).

<div class="fb-page" data-href="https://www.facebook.com/REALTORdotca" data-tabs="" data-width="" data-height="" data-small-header="false" data-adapt-container-width="true" data-hide-cover="false" data-show-facepile="false"><blockquote cite="https://www.facebook.com/REALTORdotca" class="fb-xfbml-parse-ignore"><a href="https://www.facebook.com/REALTORdotca">REALTOR.ca</a></blockquote></div>

Tandis que le contenu du Café ACI est sélectionné spécialement pour favoriser la croissance de votre entreprise et à en assurer la réussite, le contenu du Salon est parfait pour être partagé avec vos clients.

Détenu et exploité par L’Association canadienne de l’immeuble (ACI), REALTOR.ca est la plateforme immobilière la plus populaire au Canada*. Vous y trouverez toutes les inscriptions des systèmes MLS® au pays.

Partagez ce blogue avec vos clients et ceux qui vous suivent en cliquant sur le bouton Facebook ci-dessous!

<div class="fb-share-button" data-href="https://www.realtor.ca/blogue/pagedelarticle/2479/1372/les-minimaisons-au-qu%C3%A9bec" data-layout="button_count" data-size="large"><a target="_blank" href="https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=https%3A%2F%2Fwww.realtor.ca%2Fblogue%2Fpagedelarticle%2F2479%2F1372%2Fles-minimaisons-au-qu%25C3%25A9bec&amp;src=sdkpreparse" class="fb-xfbml-parse-ignore">Share</a></div>

Vous pouvez aussi suivre REALTOR.ca sur Twitter, Instagram et Pinterest.

Consulter le billet de blogue original.

*Comscore, 2020

La vague des minimaisons qui risque de se transformer en tsunami

Le concept de minimaisons est sur toutes les lèvres en ce moment. L’engouement pour ce type d’habitation gagne en popularité. Même si ceux qui les habitent sont encore peu nombreux, on sent que de plus en plus de personnes s’y intéressent. Les minimaisons attisent notre imaginaire et nous font rêver de quitter nos grandes maisons ou logements pour embrasser un mode de vie plus minimaliste. On n’a qu’à voir les foules qui participent au Festival des minimaisons depuis les dernières années et les minimaisons modèles dans les Salons de l’habitation pour se rendre compte à quel point elles suscitent un intérêt grandissant.

Qu’est-ce qu’une minimaison?

Tel que mentionné dans notre article sur le projet Le Petit Quartier de Sherbrooke, il existe différents types de minimaisons selon la nomenclature établie par la nouvelle association le Mouvement Québécois des Mini-Maisons qui a vu le jour le 27 janvier 2018, à la suite d’une proposition faite au premier colloque sur l’avenir des mini-maisons au Québec de juin 2017.

<blockquote class=”instagram-media” data-instgrm-captioned data-instgrm-permalink=”https://www.instagram.com/p/BfbvhviHR1h/?utm_source=ig_embed&utm_campaign=loading” data-instgrm-version=”12″ style=” background:#FFF; border:0; border-radius:3px; box-shadow:0 0 1px 0 rgba(0,0,0,0.5),0 1px 10px 0 rgba(0,0,0,0.15); margin: 1px; max-width:540px; min-width:326px; padding:0; width:99.375%; width:-webkit-calc(100% – 2px); width:calc(100% – 2px);”><div style=”padding:16px;”> <a href=”https://www.instagram.com/p/BfbvhviHR1h/?utm_source=ig_embed&utm_campaign=loading” style=” background:#FFFFFF; line-height:0; padding:0 0; text-align:center; text-decoration:none; width:100%;” target=”_blank”> <div style=” display: flex; flex-direction: row; align-items: center;”> <div style=”background-color: #F4F4F4; border-radius: 50%; flex-grow: 0; height: 40px; margin-right: 14px; width: 40px;”></div> <div style=”display: flex; flex-direction: column; flex-grow: 1; justify-content: center;”> <div style=” background-color: #F4F4F4; border-radius: 4px; flex-grow: 0; height: 14px; margin-bottom: 6px; width: 100px;”></div> <div style=” background-color: #F4F4F4; border-radius: 4px; flex-grow: 0; height: 14px; width: 60px;”></div></div></div><div style=”padding: 19% 0;”></div> <div style=”display:block; height:50px; margin:0 auto 12px; width:50px;”><svg width=”50px” height=”50px” viewBox=”0 0 60 60″ version=”1.1″ xmlns=”https://www.w3.org/2000/svg” xmlns:xlink=”https://www.w3.org/1999/xlink”><g stroke=”none” stroke-width=”1″ fill=”none” fill-rule=”evenodd”><g transform=”translate(-511.000000, -20.000000)” fill=”#000000″><g><path d=”M556.869,30.41 C554.814,30.41 553.148,32.076 553.148,34.131 C553.148,36.186 554.814,37.852 556.869,37.852 C558.924,37.852 560.59,36.186 560.59,34.131 C560.59,32.076 558.924,30.41 556.869,30.41 M541,60.657 C535.114,60.657 530.342,55.887 530.342,50 C530.342,44.114 535.114,39.342 541,39.342 C546.887,39.342 551.658,44.114 551.658,50 C551.658,55.887 546.887,60.657 541,60.657 M541,33.886 C532.1,33.886 524.886,41.1 524.886,50 C524.886,58.899 532.1,66.113 541,66.113 C549.9,66.113 557.115,58.899 557.115,50 C557.115,41.1 549.9,33.886 541,33.886 M565.378,62.101 C565.244,65.022 564.756,66.606 564.346,67.663 C563.803,69.06 563.154,70.057 562.106,71.106 C561.058,72.155 560.06,72.803 558.662,73.347 C557.607,73.757 556.021,74.244 553.102,74.378 C549.944,74.521 548.997,74.552 541,74.552 C533.003,74.552 532.056,74.521 528.898,74.378 C525.979,74.244 524.393,73.757 523.338,73.347 C521.94,72.803 520.942,72.155 519.894,71.106 C518.846,70.057 518.197,69.06 517.654,67.663 C517.244,66.606 516.755,65.022 516.623,62.101 C516.479,58.943 516.448,57.996 516.448,50 C516.448,42.003 516.479,41.056 516.623,37.899 C516.755,34.978 517.244,33.391 517.654,32.338 C518.197,30.938 518.846,29.942 519.894,28.894 C520.942,27.846 521.94,27.196 523.338,26.654 C524.393,26.244 525.979,25.756 528.898,25.623 C532.057,25.479 533.004,25.448 541,25.448 C548.997,25.448 549.943,25.479 553.102,25.623 C556.021,25.756 557.607,26.244 558.662,26.654 C560.06,27.196 561.058,27.846 562.106,28.894 C563.154,29.942 563.803,30.938 564.346,32.338 C564.756,33.391 565.244,34.978 565.378,37.899 C565.522,41.056 565.552,42.003 565.552,50 C565.552,57.996 565.522,58.943 565.378,62.101 M570.82,37.631 C570.674,34.438 570.167,32.258 569.425,30.349 C568.659,28.377 567.633,26.702 565.965,25.035 C564.297,23.368 562.623,22.342 560.652,21.575 C558.743,20.834 556.562,20.326 553.369,20.18 C550.169,20.033 549.148,20 541,20 C532.853,20 531.831,20.033 528.631,20.18 C525.438,20.326 523.257,20.834 521.349,21.575 C519.376,22.342 517.703,23.368 516.035,25.035 C514.368,26.702 513.342,28.377 512.574,30.349 C511.834,32.258 511.326,34.438 511.181,37.631 C511.035,40.831 511,41.851 511,50 C511,58.147 511.035,59.17 511.181,62.369 C511.326,65.562 511.834,67.743 512.574,69.651 C513.342,71.625 514.368,73.296 516.035,74.965 C517.703,76.634 519.376,77.658 521.349,78.425 C523.257,79.167 525.438,79.673 528.631,79.82 C531.831,79.965 532.853,80.001 541,80.001 C549.148,80.001 550.169,79.965 553.369,79.82 C556.562,79.673 558.743,79.167 560.652,78.425 C562.623,77.658 564.297,76.634 565.965,74.965 C567.633,73.296 568.659,71.625 569.425,69.651 C570.167,67.743 570.674,65.562 570.82,62.369 C570.966,59.17 571,58.147 571,50 C571,41.851 570.966,40.831 570.82,37.631″></path></g></g></g></svg></div><div style=”padding-top: 8px;”> <div style=” color:#3897f0; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; font-style:normal; font-weight:550; line-height:18px;”> View this post on Instagram</div></div><div style=”padding: 12.5% 0;”></div> <div style=”display: flex; flex-direction: row; margin-bottom: 14px; align-items: center;”><div> <div style=”background-color: #F4F4F4; border-radius: 50%; height: 12.5px; width: 12.5px; transform: translateX(0px) translateY(7px);”></div> <div style=”background-color: #F4F4F4; height: 12.5px; transform: rotate(-45deg) translateX(3px) translateY(1px); width: 12.5px; flex-grow: 0; margin-right: 14px; margin-left: 2px;”></div> <div style=”background-color: #F4F4F4; border-radius: 50%; height: 12.5px; width: 12.5px; transform: translateX(9px) translateY(-18px);”></div></div><div style=”margin-left: 8px;”> <div style=” background-color: #F4F4F4; border-radius: 50%; flex-grow: 0; height: 20px; width: 20px;”></div> <div style=” width: 0; height: 0; border-top: 2px solid transparent; border-left: 6px solid #f4f4f4; border-bottom: 2px solid transparent; transform: translateX(16px) translateY(-4px) rotate(30deg)”></div></div><div style=”margin-left: auto;”> <div style=” width: 0px; border-top: 8px solid #F4F4F4; border-right: 8px solid transparent; transform: translateY(16px);”></div> <div style=” background-color: #F4F4F4; flex-grow: 0; height: 12px; width: 16px; transform: translateY(-4px);”></div> <div style=” width: 0; height: 0; border-top: 8px solid #F4F4F4; border-left: 8px solid transparent; transform: translateY(-4px) translateX(8px);”></div></div></div></a> <p style=” margin:8px 0 0 0; padding:0 4px;”> <a href=”https://www.instagram.com/p/BfbvhviHR1h/?utm_source=ig_embed&utm_campaign=loading” style=” color:#000; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; font-style:normal; font-weight:normal; line-height:17px; text-decoration:none; word-wrap:break-word;” target=”_blank”>#tinyhouse in our #backyard #instawinter #tinyhome #minimaison #micromaison #tinyhousemovement #timyhousenation #québec #quebecoriginal #winter #neige #hiver #trees #tinyhouselove #clicquebec</a></p> <p style=” color:#c9c8cd; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; line-height:17px; margin-bottom:0; margin-top:8px; overflow:hidden; padding:8px 0 7px; text-align:center; text-overflow:ellipsis; white-space:nowrap;”>A post shared by <a href=”https://www.instagram.com/etolane/?utm_source=ig_embed&utm_campaign=loading” style=” color:#c9c8cd; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; font-style:normal; font-weight:normal; line-height:17px;” target=”_blank”> Etolane</a> (@etolane) on <time style=” font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; line-height:17px;” datetime=”2018-02-20T21:24:15+00:00″>Feb 20, 2018 at 1:24pm PST</time></p></div></blockquote> <script async src=”//www.instagram.com/embed.js”></script>

  • L’unité d’habitation accessoire (UHA), qui est une unité d’habitation secondaire intégrée à un lot déjà occupé par une résidence principale. Elle peut être attachée à la résidence principale ou détachée et est une solution intéressante comme « mini-chalet » dans sa cour pour s’évader de la routine quotidienne ou pour héberger famille et amis. Elle peut aussi être une excellente maison pour un parent vieillissant encore autonome, en lui permettant d’avoir ses espaces privés tout en étant à proximité de la famille. L’UHA permet une densification douce du territoire. Côté dimension, elle peut prendre différentes formes.
  • La micromaison, qui fait moins de 300 pieds carrés, est la plupart du temps sur roues ou sur remorque. Elle est mobile et peut donc suivre son propriétaire si celui-ci est affecté à un poste dans une autre région ou qu’il désire déménager ailleurs.
  • La minimaison, qui fait entre 300 et 600 pieds carrés, est en général sur fondation, sur pilotis, sur blocs ou sur pieux. Elle n’est pas mobile, mais permet d’avoir une empreinte écologique plus faible qu’une plus grande maison. Elle peut faire partie d’un projet, être installée sur un terrain comme unité d’habitation accessoire (UHA) ou sur tout autre terrain où la loi le permet.
  • La petite maison, qui fait entre 600 et 1 000 pieds carrés. En fait, la petite maison ressemble à plusieurs maisons québécoises patrimoniales ou maisons de vétérans que l’on voyait beaucoup au milieu du 20e siècle.

La minimaison attire des clientèles variées

Si au départ l’attrait pour la minimaison au Québec semblait être plus l’apanage des plus jeunes ou des personnes qui cherchaient une façon de vivre plus près de la nature à un coût abordable, ce mode d’habitation s’avère une solution très intéressante pour d’autres clientèles. C’est le cas des personnes seules et des jeunes retraités qui n’ont pas besoin de beaucoup d’espace et qui ont le goût de dépenser moins pour se loger. Les économies réalisées s’appliquent aussi aux frais comme le chauffage et l’électricité, mais aussi aux frais de condos qui n’existent pas pour la minimaison. Par exemple, pour le projet Le Petit Quartier de Sherbrooke, l’âge moyen est de 48 ans.

Avec plus d’argent dans leurs poches, ces propriétaires de minimaisons, s’ils sont encore sur le marché du travail, peuvent décider de moins travailler ou se permettre de plus voyager. En fait, un des principaux avantages des minimaisons est d’avoir une plus grande liberté financière, mais aussi de passer moins de temps à l’entretien de la propriété, car elle est plus petite. Combien d’entre nous devons consacrer un jour par semaine au ménage, à l’épicerie et à l’entretien du terrain? Imaginez ce que nous pourrions faire si nous avions environ 50 jours libres de plus par année… Bien que les propriétaires de minimaisons ont plus de temps et plus d’argent disponibles dans l’immédiat, il y a toutefois un bémol : pour le moment, la valeur des minimaisons, surtout celles sur roues, a tendance à se déprécier au lieu de prendre de la valeur, ce qui est l’inverse de la plupart des autres investissements en immobilier. Cela est dû entre autres à la dépréciation et à l’usure de la remorque après un certain nombre d’années. Peut-être que le fait de voir plus de minimaisons sur fondation et plus de personnes qui adoptent ce mode de vie apportera des changements positifs et permettra de réaliser un meilleur profit lors de la vente.

Où peut-on trouver des minimaisons au Québec?

Le premier projet structuré de minimaisons à voir le jour au Québec a été celui de Lantier, dans les Laurentides. Situé en milieu rural, ce projet a été très médiatisé et a braqué les projecteurs sur les minimaisons dans notre province. D’autres projets ont suivi, surtout en milieu rural, sauf pour Le Petit Quartier de Sherbrooke, qui sera le premier projet de minimaisons en milieu urbain au Canada à voir le jour au printemps 2019. Il y a aussi des projets acceptés ou en voie de l’être (surtout sur fondations) dans plus de 17 municipalités au Québec, dont Farnham, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, La Conception, Magog, Drummondville et Saint-Alexis-de-Monts. Ce chiffre continuera d’augmenter dès que de nouvelles villes changeront leurs réglementations pour les accepter sur leur territoire. D’ici là, certaines personnes qui avaient essuyé des refus doivent parfois vivre dans la clandestinité et bouger leur minimaison régulièrement.

v

Où trouver une minimaison au Québec

Tout d’abord, il existe une multitude de groupes de personnes intéressées aux minimaisons sur Facebook. Une recherche pour la région qui vous intéresse devrait vous orienter vers les projets en voie d’être acceptés ou déjà acceptés par la municipalité.

Si vous avez le goût d’une minimaison, et que vous savez où vous habiterez, vous avez plusieurs options :

  • Contacter un constructeur spécialisé dans ce type de maison qui vous proposera des projets clés en main comme les chics minimaisons de Minimaliste, ou les pratiques minimaisons de Habitations MicroÉvolution et de Lumbec. Ils en existent plusieurs autres; il suffit de faire une petite recherche sur Google pour en trouver un qui corresponde à ce que vous cherchez et à votre budget.
  • Construire votre minimaison vous-même à partir de plans. Certains particuliers et entreprises mettent à la disposition des intéressés des plans gratuitement ou moyennant certains coûts, que ce soit pour des modèles sur remorque ou sur fondation. C’est le cas de Dessins Drummond et de certains constructeurs de minimaisons. Si vous décidez de vous lancer dans l’aventure de l’autoconstruction, assurez-vous toutefois de prendre un plan adapté pour nos saisons, car un modèle de minimaison conçu pour la Californie ou les endroits plus chauds ne sera pas adapté pour nos hivers québécois et canadiens. Par contre, même s’ils ne sont pas conçus au Québec, les plans d’Ana White de l’Alaska sont parfaits pour notre climat. Ces modèles sont particulièrement ingénieux et elle partage très généreusement des informations à leur sujet avec ses lecteurs. Consultez sa chaîne YouTube pour une visite guidée de quelques-unes des maisons qu’elle a conçues, dont au moins une dont les plans sont gratuits. Le système utilisé pour le lit dans une des maisons est particulièrement ingénieux.
  • Consulter les projets de minimaisons disponibles dans certaines municipalités ou le site REALTOR.ca pour trouver des minimaisons en vente dans le secteur qui vous intéresse.
  • Consulter les groupes de passionnés de minimaisons au Québec pour voir les offres de particuliers.

Avant de vous lancer dans l’aventure, il serait sage d’essayer de louer quelques minimaisons pendant quelques jours pour vérifier si ce mode de vie vous convient.

Tout n’est pas rose dans le monde des minimaisons

Phénomène isolé au début des années 2000, le concept de minimaison connaît surtout de l’expansion depuis quelques années et commence à gagner de plus en plus d’adeptes. Des émissions comme Tiny House Nation et les nombreuses vidéos sur YouTube en font rêver plusieurs. Le hic, c’est que pour le moment, plusieurs freins empêchent son expansion au Québec et ailleurs au Canada. À titre d’exemple :

  • Règlements municipaux désuets qui ne sont plus toujours adaptés aux nouvelles réalités de l’immobilier. Selon Statistique Canada, la proportion de ménages d’une seule personne a atteint, en 2016, le sommet historique de 28,2 % depuis la fondation du pays il y a 150 ans. Au Québec, ce nombre monte à 33,3 %, soit le tiers de la population. C’est sans compter les « baby-boomers » qui se retrouvent avec un nid vide après que leurs enfants aient quitté le domicile familial. Les maisons sont donc souvent trop grandes pour répondre aux besoins de ces deux clientèles et les villes tardent à s’ajuster pour permettre la construction de projets de minimaisons sur leur territoire.
  • Sur le plan réglementaire, les minimaisons se trouvent dans un flou juridique, car elles sont plus petites que le minimum de 700 pieds carrés déterminés par le Code national du bâtiment du Québec. D’autres contraintes rendent la construction de minimaisons difficile, car elles respectent rarement d’autres règles du Code national du bâtiment du Québec, dont le nombre minimal de pieds de façade sur rue, la distance entre la porte et le comptoir de cuisine, la taille et la hauteur des marches, etc.
  • Statut accordé aux minimaisons, surtout quand elles sont construites sur plateforme ou sur pieux, car on ne les considère pas comme des maisons, mais comme des roulottes ou des maisons mobiles, même si elles n’ont rien à voir avec ces dernières. Il est donc difficile de les faire reconnaître comme résidence principale permanente et d’obtenir une adresse civique pour celle-ci. C’est problématique si c’est notre résidence principale.
  • Manque de financement pour bâtir ou acheter une minimaison qui freine l’accès à la propriété, surtout pour les plus jeunes qui en sont souvent à leur premier achat en immobilier. Les banques sont réticentes à accorder des prêts hypothécaires et l’option des marges de crédit qu’on propose est beaucoup moins avantageuse, car les taux d’intérêt sont plus élevés. De plus, il y a aussi l’incertitude quant au potentiel et la valeur de revente.
  • Phénomène du « pas dans ma cour » où certains propriétaires de maisons conventionnelles ont peur de voir diminuer la valeur de leur propre maison si des minimaisons ou des quartiers de minimaisons s’installent près de chez eux. Il y a donc un problème d’acceptation sociale dans certains cas et aussi une crainte de densification pour certains, qui voient d’un mauvais œil de se retrouver avec beaucoup plus de personnes qui vivent à côté de chez eux.

Du soleil et de l’espoir à l’horizon pour une acception des minimaisons à plus grande échelle

Même si plusieurs futurs propriétaires ou propriétaires actuels ont de la difficulté à faire adopter leurs projets ou à installer légalement leur minimaison sur une propriété, il y a pourtant plusieurs choses simples qui pourraient être faites par les gouvernements et les municipalités pour faciliter un plus grand accès à ce type de propriété. Par exemple :

  • Modifier le Code du bâtiment pour inclure des types d’habitations alternatives comme les micromaisons et les minimaisons. Ce pourrait être, par exemple, une annexe au code actuel pour faciliter la construction et l’établissement de nouveaux projets.
  • Changer quelques règlements municipaux au lieu de juste accepter des dérogations aux règles d’urbanisme au cas par cas. Comme les élections municipales ont lieu tous les quatre ans au Québec et que les dernières élections ont eu lieu en novembre 2017, il y a fort à parier que plusieurs projets ont été et seront proposés aux nouveaux comités d’urbanisme des municipalités et que nous pourrons voir une plus grande acceptabilité du concept à travers la province. Déjà plusieurs municipalités semblent montrer de l’intérêt pour en avoir sur leur territoire : c’est le cas de Magog, qui explore en ce moment deux ou trois emplacements pour des projets de minimaisons (voir article Magog, entre lacs et montagne) et quelques autres qui approchent certains promoteurs dont l’idéateur du projet Le Petit Quartier à Sherbrooke.
  • Financer plus facilement les projets de minimaisons ou la minimaison individuelle. On voit déjà une ouverture du côté de Desjardins pour le Petit Quartier à Sherbrooke, premier projet de minimaisons en milieu urbain au Canada. D’autres institutions financières commencent elles aussi à s’y intéresser. C’est un pas dans la bonne direction.

Le Mouvement Québecois des Mini-Maisons nouvellement formé pourra contribuer à promouvoir et à favoriser l’implantation des minimaisons au Québec comme style de vie et option de logement viable et adapté aux réalités et aux défis environnementaux, sociaux, économiques et politiques actuels, dans une perspective durable…

Les minimaisons vous intéressent? Dites-nous le ici. Croyez-vous être le candidat idéal pour adopter ce mode de vie et d’habitation? Faites notre test Quel est votre type de minimaison.

REALTOR.ca est le site Web le plus apprécié et le plus fiable du secteur de l’immobilier au Canada. Propriété de L’Association canadienne de l’immeuble (ACI), qui en est aussi l’exploitant, REALTOR.ca offre de l’information fiable et à jour pour faciliter et rendre encore plus agréable la recherche de la propriété de vos rêves. REALTOR.ca est régulièrement consulté par les propriétaires-vendeurs, les acheteurs et les locateurs de logements et de maisons, tant à partir d’un ordinateur que d’un téléphone intelligent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *